Fermeture partielle de la frontière entre l’Ukraine et la Russie

Le président ukrainien par intérim Alexandre Tourtchinov a annoncé la fermeture complète d’une partie de la frontière orientale entre la Russie et l’Ukraine. Il en a informé les journalistes à un poste de contrôle situé à proximité de Slaviansk dans l’oblast de Donetsk.

« C’est l’un des principaux éléments de l’opération antiterroriste », cite l’agence Ukrinform. Selon Tourtchinov, la frontière sera fermée dans la partie centrale de l’oblast de Lougansk et dans le Sud de l’oblast de Donetsk.

Les autorités ukrainiennes estiment que cela « permettra d’interrompre les livraisons d’armes » aux combattants venus de Russie qui, selon leurs déclarations, se dirigent vers l’Ukraine. Le 27 mai, les gardes-frontières ukrainiens ont annoncé qu’un convoi armé en provenance de Russie avait fait irruption dans l’oblast de Lougansk. Cela a eu lieu à 03:30 heure locale. Plusieurs camions, minibus et voitures ont traversé la frontière. Les gardes-frontières ont essayé d’arrêter les voitures et ont échangé des tirs avec le groupe de protection. Ils ont pu saisir un minibus et deux voitures, les autres ont réussi à passer pour se diriger vers Antratsyt.

La direction des frontières du FSB russe dans l’oblast de Rostov a démenti cette déclaration. « La direction des frontières du FSB russe dans l’oblast de Rostov ne confirme pas le franchissement illégal de la frontière russo-ukrainienne », a-t-elle annoncé.

Le 3 juin, Tourtchinov a chargé le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense (CSND) d’étudier l’éventuelle introduction de la loi martiale dans les oblasts de Donetsk et de Lougansk. Il l’a expliqué par la nécessité « de mettre fin au conflit armé sur le territoire ukrainien, empêcher la mort de civils, militaires et employés des forces de l’ordre, garantir la stabilité de la situation et rétablir le calme dans les régions citées du pays », a annoncé RIA Novosti.

Article complet publié sur le site de RBC 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.