Un résident de l’Oural profond a remis à la police un fusil français du XIXème siècle

Un fusil de calibre 20 Chassepot-Gras modèle 1866-1874 a fait surface après 140 ans dans le village de l’Oural profond de Chali (région de Sverdlovsk).

Crédit : service de presse du Ministère de l'Intérieur de la région de Sverdlovsk

Un retraité du village de Chali a signalé être en possession de cet objet inhabituel. D’après ce dernier, il aurait hérité de son père ce mystérieux fusil. L’histoire de cette curiosité française semble globalement très obscure et les informations à son sujet limitées : nul ne sait comment cette famille est entrée en possession de l’arme.  

Fait remarquable, ce fusil ancien semble être en bon état de marche tant au niveau du mécanisme que du canon. Sur le côté gauche de la culasse figure l’inscription « 1866-74 ». Les experts ont établi que le fusil avait été produit en France et était probablement arrivé en Russie à la fin du XIXème siècle parmi les armes alors achetées à l’étranger pour subvenir aux besoins de l’armée.

Selon la législation russe, la restitution volontaire d’armes détenues illégalement donne lieu à une compensation monétaire. Les barèmes sont fixés dans chaque région par une résolution spéciale du gouvernement. L’homme a remis ce fusil à canon lisse au poste de police local. L’arme est actuellement en cours d’examen par le département principal du Ministère de l’intérieur de la région de Sverdlovsk. Au terme de l’analyse, le montant de la compensation financière sera fixé.

Cette trouvaille intéresse les collectionneurs. Comme l’a indiqué à RBTH le directeur général adjoint du musée ethnographique de la région de Sverdlovsk, Vitali Soumine, le musée serait ravi d’incorporer ce fusil Chassepot-Gras à leur collection d’armes.   

Crédit : service de presse du Ministère de l'Intérieur de la région de Sverdlovsk

« Il faut bien sûr, que nous examinions ce fusil. Nous n’avons aucune arme en provenance de cette manufacture dans notre musée. Nous avons des exemplaires de fusils français militaires et de chasse », explique M. Soumine.

Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que des citoyens russes respectueux des lois rapportent des armes de collection à la police. Par exemple, un habitant de Novokouznestk a l’an dernier remis un Browning de 1938. Un habitant de la région de Kirov a rapporté un fusil belge du XIXème siècle, tout en remettant cet objet de collection avec les larmes aux yeux. Dans la région de Krasnoïarsk, un homme a par hasard déterré trois pistolets mitrailleurs Chpagine conçus dans les années 1940. Il n’est pas rare que des personnes restituent des armes datant de la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, dans la région d’Omsk, un habitant du village de Tevriz a rapporté aux policiers un revolver IJ-MACH de 1943 qu’il a découvert dans la charpente de son bania.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.