Vkontakte a refusé de coopérer avec le FSB

Pavel Durov, directeur général et fondateur du plus important réseau social russe « VKontakte » a déclaré que malgré la demande du parquet, les sites communautaires ne seraient pas bloqués, y compris le groupe de l'opposant Alexeï Navalny. De plus, selon Durov, les réseaux sociaux ne dévoileront pas d'informations personnelles sur les organisateurs de groupe Euromaïdan.

Mercredi soir, le fondateur du réseau social « VKontakte » Pavel Dourov, a publié deux déclarations sur sa page, expliquant la pression qu'il reçoit de la part du FSB et du parquet concernant la fermeture du groupe de l'opposant Alexeï Navalny, ainsi que certains groupes consacrés au mouvement Euromaïdan. Il fait savoir qu'en tant que défenseur de la liberté de diffusion de l'information, il n'a pas l'intention d'accepter.

Dans la premier message, écrit à 22h34, Dourov explique que le 13 décembre dernier, le FSB a exigé de la direction du réseau social de délivrer d'informations personnelles sur les organisateurs des groupes consacrés à Euromaïdan. « Notre réponse a été et reste un refus catégorique. La juridiction russe ne s'applique pas aux utilisateurs ukrainiens de « VKontakte ».

« La délivrance de données personnelles des Ukrainiens aux autorités russes ne serait pas seulement une violation de la loi, mais aussi la trahison de ces millions d'habitants de l'Ukraine qui nous font confiance », a-t-il déclaré.

Durov écrit qu'à cause de cette pression du FSB, il a du sacrifier « beaucoup », y compris sa part de « VKontakte ». « Mais je ne regrette rien, la protection des données personnelles des individus vaut bien plus encore. A partir de 13 décembre, je n'étais plus propriétaire, mais il me restait quelque chose de bien plus important : une conscience pure et des idéaux que je suis prêt à défendre », explique-t-il dans son message.

Dans le deuxième message, le directeur général déclare que le 13 mars dernier, le ministère public lui a demandé de fermer de groupe anti corruption d'Alexeï Navalny, en menaçant de bloquer « VKontakte ».

« Mais je n'ai pas fermé ce groupe en 2011, et bien-sûr, je n'en ai toujours pas l'intention », écrit Durov.

Selon lui, ces dernières semaines, il a été sous pression de tous les côtés.

« Différentes méthodes m'ont fait gagné plus d'un mois, mais maintenant le moment est venu de dire que ni moi, ni mon équipe n'allons nous engager dans la censure politique. Nous n'allons supprimer ni la communauté anti corruption de Navalny, ni des centaines d'autres communautés , qui ont besoin de notre silence. La liberté de diffusion de l'information est un droit inaliénable de la société post-industrielle, un droit sans laquelle l'existence de « VKontakte » n'a pas de sens », a déclaré Durov.

Selon le procureur général, la raison de la fermeture du groupe d'Alexeï Navalny serait l'incitation à la participation des citoyens aux actions de masse qui représentent une violation de la législation. Des arguments semblables ont déjà été avancés concernant d'autres réseaux sociaux, ou blogs d'opposition politique.

Notons que Durov a déjà supprimé des groupes, y compris à la demande des autorités, notamment la communauté des adorateurs d'Adolf Hitler, et du film controversé « L'innocence des Musulmans ».

Source : Gazeta.ru


Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #Vkontakte #FSB


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.