Une musique éphémère par un descendant russe de Mark Twain

Source : Youtube d'Anton Maskeliade

Maskeliade est le pseudonyme qu’ Anton Sergeev a pris en hommage à son grand-père dont le nom de famille était Maskileyson. Du côté de son grand-père, il se trouve qu’ Anton est un parent éloigné de Mark Twain. Anton est musicien, mais pas un musicien ordinaire, c’est d’ailleurs lui-même qui appelle sa musique « éphémère ».

Lors de ses représentations, il extrait la musique de son Notebook, en effectuant de ses mains des gestes de magicien dans l’air au-dessus de l’écran, comme s’il parodiait un quelconque célèbre chef d’orchestre. Durant ses spectacles, le musicien de 27 ans utilise Leap Motion pour contrôler l’ordinateur avec des gestes et l’application Geco Midi. Ils fonctionnent comme un thérémine, le musicien contrôle le son en déplaçant ses mains dans le champ électromagnétique à proximité de deux antennes métalliques, mais contrairement au thérémine, qui possède un seul type de son, sur ces instruments là, il est possible de connecter d’innombrables variétés de sons. Quant à la façon dont l’instrument réagit aux mouvements des mains, seule la fantaisie est l’unique limite.

Au printemps dernier, Anton est allé aux Etats-Unis dans le cadre d’un programme culturel Onebeat : « Lorsque vous côtoyez les meilleurs musiciens du monde qui jouent sur des instruments les plus insolites, ça élargit considérablement votre perception des instruments et des outils ». Lors de Onebeat, Anton s’est produit avec le brillant pakistanais Usman Riaz, l’américain Chance McCoy et le nommé aux Grammy latins – le vénézuélien Edward Ramirez.

Anton Maskeliade vient de sortir le single One Beat, qui contient trois morceaux abstraits, enregistrés durant sa participation à Onebeat. Anton est souvent invité aux divers festivals en Floride, à Washington, à New-York et à Lucerne. Il va bientôt être entendu à Stockholm, en Suède, suite à l’invitation de la radio Virus. A cette occasion il présentera son nouveau sigle.


Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.