Attaque d'une plateforme de Gazprom par Greenpeace : Moscou proteste

L'ambassadeur des Pays-Bas en Russie s'est vu remettre mercredi une note de protestation suite aux actions provocatrices du navire Arctic Sunrise battant pavillon néerlandais en mer de Petchora, a annoncé jeudi le ministère russe des Affaires étrangères.

« L'ambassadeur des Pays-Bas Ronald van Dartel a été convoqué le 18 septembre au ministère russe des Affaires étrangères. Il s'est vu remettre une note suite aux actions provocatrices effectuées par le navire Arctic Sunrise battant pavillon néerlandais, au large de la côte nord de la Fédération de Russie », est-il indiqué dans un communiqué mis en ligne sur le site du ministère.

Des militants de Greenpeace protestant contre le forage pétrolier en Arctique, ont essayé mercredi d'escalade la plateforme pétrolière Prirazlomnaïa, en mer de Petchora. Les gardes-frontières russes ont ouvert le feu de sommation et ont arrêté deux militants, une Finlandaise et un Suisse.

« Les actions des contrevenants avaient un caractère agressif et provocateur et pouvaient être considérées comme un acte d'extrémiste capable de faire des victimes et d'engendrer d'autres conséquences graves », a ajouté le ministère.

Il s'agit de la deuxième action de protestation de Greenpeace près de la plateforme Prirazlomnaïa du groupe public russe Gazprom. En août 2012, six militants de cette organisation ont occupé la plateforme pendant 15 heures en signe de protestation contre les projets de forage en Arctique.

La mise en valeur du gisement pétrolier Prirazlomnoïe est le premier projet de forage russe en Arctique. Les réserves de ce gisement sont évaluées à 72 millions de tonnes, ce qui permettra à l'avenir d'extraire près de 6,6 millions de tonnes de brut par an. En cas de succès de ce projet, la Russie conservera son titre de numéro un mondial de l'extraction du pétrole.

Source : RIA Novosti

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies