Arrivée à destination du premier train à deux étages

Le train à deux étages reliant Moscou à Adler (Sotchi) est arrivé à Rostov-sur-le-Don. C’est la version d’essai d’une rame qui commencera à circuler à partir du 1er novembre entre la capitale du pays et celle des jeux olympiques de 2014.

Les nouveaux wagons à deux étages, fabriqués à Tver, ont produit une impression mitigée. La rame rappelle vaguement les trains blindés de la Grande guerre patriotique. Il se pourrait bien que les fenêtres de forme standard, reparties sur l’immense wagon d’une hauteur de cinq mètres cinquante, ressemblent à des meurtrières. De même, il est possible que sa couleur grise d’usine, en se fondant sur l'asphalte, des nuages menaçants ou les murs en pierre d’une gare, se rapproche d’un camouflage militaire.

En revanche, l’intérieur du wagon possède tout les accessoires de la civilisation moderne : trois toilettes écologiques fonctionnant durant les arrêts, le Wi-Fi, des climatiseurs, etc. Il y a aussi un dispositif de levage des fauteuils roulants, ainsi qu’un wagon restaurant équipé d’un ascenseur pour le transport des repas et de la vaisselle. Les échelles, ainsi que les escaliers étroits menant du premier au deuxième étage, sont équipés de miroirs afin que les voyageurs ne se rentrent pas l'un dans l'autre.

Les employés des chemins de fer s’expriment avec fierté : « Les wagons transporteront en un seul voyage pratiquement deux fois plus de passagers qu’une rame ordinaire, note Vladimir Piastolov, directeur adjoint des chemins de fer du Nord Caucase. Grâce à cela, nous allons pouvoir réduire le coût des billets de 22% par rapport aux trains à un étage qui circulent actuellement sur le trajet ».

Par ailleurs, les employés affirment qu’une place au deuxième étage coûtera un peu plus cher qu’au premier étage, bien que la différence exacte ne soit pas encore connue.

A la question de savoir à quel point sont prêtes les infrastructures ferroviaires pour l’arrivée de trains à deux étages, plus hauts et plus lourds que leurs homologues à un étage, Vladimir Piastolov répond : « A la veille des jeux olympiques de 2014, tous les tunnels ont été agrandis, les fondations des rails renforcées, afin que les nouveaux wagons puissent circuler sans encontre. Un écran spécial a été placé sur le toit pour protéger les passagers du deuxième étage des ondes électromagnétiques produites par la caténaire…».

Article en version intégral (en russe) publié sur le site de Rossiyskaya Gazeta le 6 septembre 2013.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.