Un iPad à 2,8 millions d'euros pour le PDG de Gazprom

Gazprom a lancé un appel d'offres pour la création d'une tablette tactile fonctionnant avec le système d’exploitation iOS, destinée au président de Gazprom Alexeï Miller. Cet appareil portable sera le centre opérationnel de sa gestion de l'entreprise, écrit le quotidien Izvestia du 16 juillet 2013.

Gazprom inform, filiale du géant russe, est prête à payer jusqu'à 2,8 millions d'euros pour cette tablette.

Selon les documents relatifs à l'appel d'offres publié sur le site de Gazprom, le « poste de travail mobile et automatisé » du président de l'entreprise assurera « le soutien informatique de la prise de décisions » et augmentera « l'efficacité de travail du groupe Gazprom, indépendamment de l'accès de son président à un poste de travail fixe ».

Cette tablette tactile destinée au PDG de Gazprom sera donc probablement une version très avancée de l’iPad - si les concepteurs ne tentent pas d'installer une version piratée du système d'exploitation Apple sur une tablette d'un autre producteur. Elle fonctionnera sur le réseau 3G et sera dotée des technologies GPRS et Wi-Fi. Le cahier des charges ne dit rien sur le volume de mémoire interne de l’appareil.

La tablette devra posséder les mêmes fonctions que l'ordinateur fixe d'Alexeï Miller, connecté à la base de données corporative que les spécialistes de Gazprom ont créée en 2012. Cette dernière analyse les indicateurs-clé concernant la gestion de 25 sites du groupe Gazprom, des secteurs d'affaires, des activités dans le domaine gazier et des processus fonctionnels. Le propriétaire de l'appareil ne sera pas obligé d'insérer lui-même les données car tout sera affiché grâce à des raccourcis clavier.

Le patron de Gazprom pourra consulter plus de 500 indices relatifs à l'organisation, la production et la géographie des sites de Gazprom sur un jour, un trimestre ou un an. Selon le cahier des charges, toutes ces informations doivent être « fiables et comparables aux données de contrôle », « mises à jour » et « importantes pour la gestion au niveau du président ». Chaque indice sera rédigé par un département spécial.  

De nombreux indices devront posséder système d’alarme en cas de problème, comme un « feu de signalisation » qui montrera la déviation des performances réelles par rapport au plan initial.

Le cahier des charges stipule également la création d'indicateurs spéciaux en cas d'absence de synthèses explicatives, de données factuelles et de planification pour un indice analysé, ainsi qu’en cas de changement des chiffres en glissement annuel, etc. Ces indicateurs colorés et des bulles d'aide devraient faciliter l'analyse des données pour Alexeï Miller. Le président sera également en mesure de constituer un rapport journalier sur tel ou tel indice, analyser les changements de chiffres, les comparer automatiquement ou faire un pronostic de mise en œuvre des plans stratégiques. 

Le cahier des charges précise enfin que le lancement d'un logiciel devra prendre moins de cinq secondes et que le délai de passage d'un écran à un autre ne devra pas dépasser trois secondes. La connexion de la tablette à la base de données pourrait cependant ne pas être très rapide : l'arrivée des informations actualisées devra tout simplement être inférieure à 15 secondes. L'appareil doit également posséder une fiabilité exceptionnelle, c'est-à-dire fonctionner 24 heures sur 24, 7 jours par semaine et 365 jours par an. En cas de défaillance le temps maximal de remise en service du système ne devra pas dépasser 4 heures.

Source : RIA Novosti

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.