Le Bolchoï : relations administration-Tsiskaridze, une « persécution », selon l'artiste

Le danseur étoile du théâtre Bolchoï Nikolaï Tsiskaridze a qualifié de « persécution » ses rapports avec l'administration suite au refus de la dernière de proroger ses contrats, annonce dimanche un correspondant de RIA Novosti.

« Je n'ai qu'un seul terme, c'est la persécution », a dit le célèbre danseur, en se refusant à tout commentaire.

Samedi soir, la direction du théâtre Bolchoï a annoncé qu'elle refusait de proroger les contrats du danseur étoile Nikolaï Tsiskaridze qui prennent fin le 30 juin.

Le conflit entre l'artiste et la direction du théâtre est devenu public en 2011, lorsque le danseur a critiqué en public l'administration du Bolchoï pour la mauvaise qualité de la reconstruction du bâtiment historique.

Le conflit entre les dirigeants du théâtre et l'artiste s'est aggravé après l'attaque à l'acide perpétrée contre le directeur de la danse du Bolchoï, Sergueï Filine. Les médias ont alors diffusé les informations selon lesquelles M. Tsiskaridze pouvait être impliqué dans cet attentat. Certains journaux ont dans le même temps cité les propos du danseur selon lesquels le service de presse du Bolchoï et le directeur du théâtre Anatoli Iksanov profitaient de la situation pour accuser à tort des membres de la troupe d'avoir joué un rôle dans cette tragédie.

Mi-janvier, un inconnu a jeté de l'acide au visage du directeur de la danse du Bolchoï Sergueï Filine alors qu'il rentrait chez lui. Cette attaque, commise près de la maison de M. Filine à Moscou, a sérieusement endommagé les yeux de l'artiste.

Source : RIA Novosti

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.