Un ex-officier soviétique primé pour avoir empêché la guerre nucléaire

La cérémonie de la remise du Prix de la paix de Dresde, fondé par l'ONG « Friends of Dresden » s'est déroulée dimanche à l'Opéra Semper dans la capitale de la Saxe.

Crédit : Sergueï Pirogov/RIA Novosti

Selon le fondateur de l'ONG, le prix Nobel Günter Blobel, la survie de l'humanité dépendait de la décision adoptée une nuit de septembre 1983 par Stanislav Petrov, qui a justifié cette lourde responsabilité en disant agir non pas comme un militaire, mais en tant qu'homme.

Dans la nuit du 25 au 26 septembre 1983, Stanislav Petrov était officier de garde sur la base d'alerte stratégique de Serpoukhov-15, à une centaine de kilomètres au sud de Moscou.

Cette base était chargée de recueillir les informations fournies par les satellites soviétiques surveillant d'éventuels tirs de missiles nucléaires contre l'URSS. Tout à coup, le système informatique d'alerte antimissiles a indiqué cinq tirs de missiles balistiques intercontinentaux en provenance des États-Unis. Petrov ne disposait que de quelques secondes pour analyser la situation. Devant le faible nombre de missiles détectés, il a indiqué à ses supérieurs qu'il s'agissait selon lui d'une fausse alerte. Conscient de sa responsabilité, il n’a pas réagi à cette alerte. Plus tard, il s'est avéré qu'une erreur s'est produite dans le système d'alerte. En raison du secret d'Etat, l'exploit de Petrov n'est devenu connu qu'en 1993.

Il s'agit du quatrième Prix de la Paix de Dresde. Le premier Prix a été discerné en 2012 à l'ex-président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev pour sa contribution au désarmement nucléaire. Le chef d'orchestre et pianiste israélien Daniel Barendoïm et le reporter photographe américain James Nachtwey ont également reçu ce Prix. Le Prix chiffré à 25.000 euros est discerné annuellement  en février, le mois du bombardement de Dresde en 1945 qui a rasé le centre ville.

Source : RIA Novosti

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.