Pourquoi les Russes renoncent à leurs voyages à l’étranger

Crédit : TASS

Crédit : TASS

Au premier trimestre de cette année, le nombre de voyages de touristes russes à l’étranger s’est réduit de 40%, soit de 1,3 million, selon les données du Service des statistiques de Russie. Les experts font remarquer que les causes principales sont la chute de la monnaie russe et la réorientation des habitants vers des vacances dans leur pays.

Sur les trois premiers mois de 2015, le nombre de séjours à l’étranger des Russes a baissé de 40%, ce qui signifie que les touristes ont effectué 1,3 million de voyages de moins, constate le Service des statistiques national, cité par l’agence TASS. D’après ses données, des destinations aussi populaires auprès des Russes que l’Espagne, l’Italie, la Grèce et l’Egypte ont perdu respectivement 41%, 31%, 29% et 25% de leur flux touristique. Pour ce qui est du Monténégro et de la Croatie, les indices n’ont reculé que de 8% et 3%. Les autres sources citent des chiffres semblables. Ainsi, la Commission européenne du tourisme (CET) annonce qu’au premier trimestre de l’année, le tourisme russe à destination de l’Europe a chuté de 30% par rapport à la même période de l’année dernière.

Causes principales

Du point de vue des acteurs du secteur touristique, si les valises restent au placard, c’est principalement en raison de la situation sur le marché financier. Toujours selon les données du Service des statistiques, le salaire annualisé réel des Russes a chuté en avril dernier de 13,2%, tandis que le salaire nominal n’a augmenté que de 1%. Les prix croissants des biens et services ont ramené la part des revenus destinés à la consommation au niveau minimal depuis début 2014 : 66,8%. La part des revenus consacrés à l’épargne s’est, au contraire, accrue de 17,4%.

« Depuis son pic du mois de décembre, le dollar américain a reculé de près de 38% face au rouble russe. Pour l’euro, le chiffre est de presque 43%. Mais la monnaie russe reste toujours fragile en raison des indicateurs du début de l’année dernière », ce qui conduit automatiquement à l’augmentation du coût en roubles des vacances et des voyages d’affaires à l’étranger, constate l’analyste du fonds d’investissement Finam, Timour Nigmatoulline. L’Agence du tourisme, qui rassemble les dernières informations sur les voyages des Russes, indique que lors de leurs séjours à l’étranger, les touristes russes exportaient environ 45 milliards d’euros. « Nous devons déployer des efforts pour que ces ressources restent en Russie et servent les intérêts de l’économie nationale », a déclaré au début du mois Oleg Safronov, directeur de l’Agence du tourisme, lors d’une réunion avec le président Vladimir Poutine. Cette stratégie porte ses premiers fruits.

Projets d’avenir

Toujours selon l’Agence du tourisme, plus de 41 millions de personnes, soit 30% de plus qu’en 2014, ont effectué des voyages touristiques à l’intérieur de la Russie. « Nous enregistrons également une tendance au changement de la structure du flux touristique. Ainsi, le nombre de touristes ayant acheté des séjours dans les stations de ski russes a doublé », a souligné Galina Dekhtiar, professeur à l’Académie présidentielle russe de l’économie nationale et de l’administration publique. Selon elle, le leadership des destinations est revenu en mai 2015 à l’Egypte et à la Turquie, même si le nombre de touristes y a baissé. Priorité est actuellement accordée au développement du tourisme dans le territoire de Krasnodar et à Sotchi, ainsi qu’en Crimée, estime Galina Dekhtiar.

Cependant, soulignent les experts, l’intérêt pour l’Europe ne décroîtra sans doute pas. « En ce qui concerne l’Europe, avec son grand nombre de monuments historiques et culturels, elle restera toujours attrayante pour le touriste russe », a noté Mme Dekhtiar. Toutefois, a-t-elle ajouté, l’aspiration des Russes à voyager en Europe est actuellement minée par la situation politique, une attitude négative envers les touristes russes dans plusieurs pays, ainsi que le cours élevé de devises. « La politique de la Banque centrale européenne a fait que le rouble a moins faibli par rapport à l’euro qu’à d’autres monnaies, et je m’attends à ce que le nombre de touristes dans la zone européenne ne diminue que de 10% à 20% en 2015 », a déclaré pour sa part Timour Nigmatoulline.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.