Paix ou guerre, l’Auchan de Donetsk reste ouvert

Selon les vendeurs, le magasin a été ravitaillé pour la dernière fois avant les fêtes de fin d’année. Crédit : Reuters

Selon les vendeurs, le magasin a été ravitaillé pour la dernière fois avant les fêtes de fin d’année. Crédit : Reuters

Malgré le statut juridique flou de la République populaire de Donetsk (autoproclamée), l’enseigne française de grande distribution Auchan ne ferme pas son hypermarché à Donetsk. Le magasin reste ouvert, mais ses rayons sont quasiment vides.

Des rayons vides

Malgré le conflit militaire dans la République de Donetsk, l’hypermarché Auchan, situé à la limite entre les villes de Donetsk et de Makeïevka, reste ouvert. Toutefois, comparé aux autres magasins de Donetsk, le choix des marchandises est plus que modeste. Les produits laitiers ne sont représentés que par un seul fabricant local, le rayon des boissons non alcoolisées ne compte que deux marques d’eau minérale locale et une autre, Narzan, russe, et les clients ne se voient proposer qu’un seul dentifrice. Tout cela vendu pour des hryvnias ukrainiennes.

Selon les vendeurs, le magasin a été ravitaillé pour la dernière fois avant les fêtes de fin d’année. « Les clients ne viennent que pour acheter la production propre d’Auchan, des rayons pain et boucherie », a raconté à RBC l’un des clients. L’hypermarché écoule aujourd’hui ses stocks et vend des aliments produits dans les entreprises situées dans les Républiques de Donetsk et de Lougansk (également autoproclamée).

Fin 2014, le magasin Auchan de Donetsk était ravitaillé depuis Kiev. Actuellement, il ne reste que les produits alimentaires des fournisseurs locaux. « La société cherche des  distributeurs de produits non alimentaires. Elle en a déjà trouvé plusieurs et commence à travailler avec eux », a indiqué pour sa part à RBC une source au sein de la direction du magasin de Donetsk.

Personne morale de la République de Donetsk

Au début de cette année, le magasin a changé de personne morale : il a été réenregistré pour devenir la SARL Sigma Land. L’information sur le réenregistrement du magasin de Donetsk a été confirmée à RBC par une source à la direction d’Auchan à Kiev. Mais la nouvelle personne morale demeure mystérieuse. Deux employés de l’hypermarché ont confié à RBC que Sigma Land était « une personne morale de la République de Donetsk ». « Sigma Land, c’est Auchan Ukraine Hypermarché », affirment à leur tour deux cadres moyens du magasin de Donetsk. Rien n’a changé, ni au niveau des salaires, ni au niveau des procédures, ont-ils ajouté.

A l’automne 2014, le leader de la République de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, a exigé que les entrepreneurs déployant leurs activités dans les territoires contrôlés par la République réenregistrent leurs sociétés et versent les impôts au budget local. Selon un règlement provisoire sur l’imposition dans la République, les entrepreneurs ont le choix pour payer les impôts : soit 20% du bénéfice net, soit 2,5% du chiffre d’affaires. Les représentants du ministère de l’Imposition de la République n’ont pas été en mesure de commenter les activités d’Auchan sur leur territoire.

Konstance Boris, représentante d’Auchan Ukraine, n’a pas souhaité s’exprimer sur la situation concernant le magasin de Donetsk. Maria Kournossova, responsable de la représentation d’Auchan à Moscou, a elle aussi refusé de fournir de plus amples informations.

Le magasin ne peut pas être abandonné

En novembre dernier, Philippe Beurtheret, directeur général de la société Immochan Ukraine (qui fait partie du groupe Auchan et s’occupe de la construction et de la gestion de l’immobilier), a déclaré au forum CP Retail à Kiev que suite aux problèmes de livraisons, l’hypermarché de Donetsk avait réduit de moitié son chiffre d’affaires. Il a indiqué à l’agence Interfax-Ukraine qu’avant les derniers développements, c’était l’hypermarché le plus rentable d’Ukraine et que le géant français ne voulait pas l’abandonner.

L’hypermarché Auchan a ouvert à Donetsk en 2009. Il est la locomotive des enseignes du centre commercial Rose Park. La seconde tranche du centre devait être mise en service en 2014. Le centre commercial est la propriété du géant français.

Alexandre Rotov, président du conseil d’administration de la société du bâtiment Hertz, maître d’œuvre général du chantier de Rose Park, a dit en novembre dernier dans une interview à l’agence ukrainienne Liga.Business que ce centre était pour Immochan l’unique projet que le promoteur immobilier continuait de réaliser dans la région de Donetsk. « … C’est un investisseur étranger et le chantier ne peut pas être abandonné, d’autant plus que la majeure partie des travaux y est déjà faite », a noté Alexandre Rotov. La situation économique étant floue, les délais d’achèvement des travaux pourraient s’étirer, mais la société prévoit de « fermer en hiver le périmètre du chantier pour préserver ce qui est d’ores et déjà construit », a-t-il souligné.

Entre l’enclume et le marteau

Selon le directeur de la société FAS, Alexandre Lanetski, conserver le magasin est pour Auchan l’un des  rares moyens de contrôler le centre commercial. « Toutefois, il reste des risques. Outre les difficultés liées aux livraisons en raison d’un statut juridique flou, il est impossible de payer normalement les impôts ni d’assurer la collecte des recettes, la plupart des banques étant fermées », a-t-il expliqué.

« Les hommes d’affaires qui déploient leurs activités en territoire ukrainien et dans la République autoproclamée tentent de s’entendre avec les deux parties. Il est parfois difficile de comprendre si les structures liées à la direction des républiques autoproclamées se sont emparées d’un business, ou si une société qui paie ses impôts à la République, mais cherche à garder la face en Ukraine, affirme avoir fait l’objet d’une prise de contrôle illégale à Donetsk », indique un entrepreneur habitant Donetsk qui décrit les réalités de la vie dans les régions orientales de l’Ukraine.

Texte original (en russe) publié sur le site de RBC Daily

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.