La Russie facilite la naturalisation des entrepreneurs étrangers

Le 3 janvier 2013, le président Vladimir Poutine a signé un oukase donnant la citoyenneté russe à Gérard Depardieu. Crédit : Itar-Tass

Le 3 janvier 2013, le président Vladimir Poutine a signé un oukase donnant la citoyenneté russe à Gérard Depardieu. Crédit : Itar-Tass

Il sera désormais plus facile pour certains groupes d'entrepreneurs et investisseurs étrangers d'obtenir la citoyenneté russe. Selon les experts, cette décision du gouvernement est d'actualité mais ne sera pas en mesure de tirer le pays de la récession.

Le 1er octobre, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a signé un décret gouvernemental sur la simplification de la délivrance de la citoyenneté russe à certains groupes d'entrepreneurs et d'investisseurs étrangers. Ces amendements à la loi qui simplifie l'obtention de la citoyenneté russe pour les entrepreneurs, investisseurs et spécialistes qualifiés ont été adoptés en juin 2014. Ces modifications ne concernent que les hommes d'affaires dont les revenus annuels sont supérieurs à 10 millions de roubles (200 000 euros) et les investisseurs avec une part de 10% minimum dans le capital d'une compagnie russe.

« Afin d'attirer les investissements étrangers dans l'économie russe, la procédure simplifiée d'obtention de la citoyenneté russe concerne désormais les entrepreneurs et investisseurs étrangers pratiquant les activités prévues par la classification nationale des activités économiques, hormis quelques exceptions », dit le document.

La mesure ne concerne cependant pas les entrepreneurs qui font du commerce de gros en Russie. Sont également exclues les activités liées aux réparations de voitures et de motos, à l'hôtellerie et à la restauration, à l'immobilier, au recrutement, ainsi que les professions liées au domaine de la publicité, du droit et de la comptabilité.

« Ces exceptions sont dues à l'absence de nécessité d'engager plus de gens dans les activités concernées », souligne le document.

Sortir du tourbillon des sanctions

« Cette pratique existe dans tous les pays et je suis heureux que les législateurs russes aient adopté ce décret. C'est une magnifique opportunité afin d'augmenter le nombre d'emplois dans le pays en période de récession provoquée par la pression économique liée au sanctions », a déclaré à RBTH le directeur du département d'économie régionale et de géographie économique de l'École des hautes études en sciences économiques, Alexeï Skopine.

Comme l'a noté l'expert, il convient d'éviter les situations dans lesquelles, pour obtenir la citoyenneté, un homme d'affaires et son entreprise doivent avoir des revenus supérieurs à un certain niveau.

« Je crains que ce document, après son adoption, ne commence à avoir un caractère ponctuel et n'ait pas une grande influence sur les petits entrepreneurs. Le principal, c'est que cette décision ne soit pas seulement un acte marketing du gouvernement, qui par la suite ne sera pas suffisamment mis en application dans la pratique », a dit à RBTH le directeur du département de la réglementation gouvernementale de l'économie à l'Académie russe de l'économie nationale, Vladimir Klimanov.

L'analyste estime que même si cette décision a un effet négligeable pour faire sortir la Russie de la récession, elle a été adoptée au bon moment.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.