La Chine investit dans l’oblast de Kostroma

Cette année, le soutien fourni par l’administration de l’oblast de Kostroma aux PME atteindra 1,3 million d’euros (68 millions de roubles), soit trois fois plus qu’en 2012. Les grandes entreprises s’attendent, par ailleurs, à un afflux d’investissements en provenance d’Asie. La Chine s’intéresse aux projets collaboratifs dans le domaine de la joaillerie, de l’agriculture et de la transformation du bois. Sergueï Sitnikov, gouverneur de l’oblast, nous en a présenté les détails dans le cadre du Forum international des investissements à Sotchi.

Image par : Natalia Mikhaylenko

Sergueï Sitnikov, gouverneur de l’oblast de Kostroma. Source : RBTH

Les investisseurs étrangers présents dans l’oblast de Kostroma

Actuellement, l’oblast de Kostroma entretient des relations économiques et commerciales avec plus de 80 pays différents (Chine, Allemagne, Pays-Bas, Irlande, Grande-Bretagne, États-Unis, Ukraine, Italie, Ouzbékistan, République tchèque, Turquie, Azerbaïdjan).

14 accords de coopération ont été signés avec des régions de pays étrangers. Des projets communs sont réalisés par l’oblast avec des investisseurs suisses, américains, finlandais, chinois.

Les investisseurs étrangers s’intéressent à l’oblast de Kostroma, car c’est un territoire prometteur pour l’investissement. D’une part, nos partenaires, qui réalisent déjà des projets ici et ont pu apprécier l’efficacité de leur travail avec la région, et nous présentent sous une lumière positive.

La réputation internationale de la région a été considérablement renforcée après la publication des résultats du classement national en mai 2014. L’oblast y rejoint le Top 5 des meilleures régions du pays pour le climat d’investissement.

L’instabilité politique exerce, bien sûr, une influence sur la prise des décisions. Mais la plupart des partenaires avec lesquels nous avons déjà signé des accords poursuivent leur collaboration.

Ainsi, la société Kronostar qui fait partie du groupe suisse Krono Holding poursuit sa politique d’investissement active dans l’usine existante de transformation de bois.  En 2013, elle a investi quelque 10 millions d’euros (500 000 millions de roubles) dans le développement de l’usine. La compagnie envisage d’élargir sa ligne de production à l’avenir.

Au 1er trimestre 2015, l’usine de fabrication de systèmes de forage du groupe américain NATIONAL OIL WELL VARCO devrait être mise en exploitation. Le montant global du projet s’élève à 55 millions d’euros (2,7 milliards de roubles).

Perspectives pour les investisseurs asiatiques

Globalement, l’oblast de Kostroma respecte dans ses collaborations l’équilibre entre les pays de l’Est et de l’Ouest. Toutefois, l’accent est actuellement mis sur le développement actif des relations commerciales avec les pays de l’Asie-Pacifique, notamment avec la République populaire de Chine.

La Chine est pour nous un partenaire intéressant. Un conseil chargé de faciliter le travail des investisseurs de la République populaire de Chine a été créé dans l’oblast de Kostroma, une section spéciale en langue chinoise a été créée sur le portail des investissements – il publie des actualités concernant la législation de l’investissement et les sites d’investissement disponibles.

Actuellement, les investisseurs chinois ont déjà commencé à travailler à l’organisation d’une entreprise agricole moderne dans l’oblast, sur le développement de l’agro-tourisme et de la logistique. Ils sont intéressés par une collaboration dans les domaines de la transformation du bois et de la construction.

Les joailliers de la province du Shandong sont prêts à collaborer avec la société Almaz Holding, notamment dans le domaine de la production et des technologies de fabrication des bijoux.

Ces exemples montrent que les investisseurs témoignent un grand intérêt à l’égard de la région, que nous sommes particulièrement ouverts aux investisseurs et que tous ceux qui viennent sur la terre de Kostroma avec des propositions mutuellement profitables y trouveront soutien et assistance. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.