Visa et MasterCard restent en Russie

Crédit : PhotoXPress

Crédit : PhotoXPress

Les négociations entre les représentants russes et ceux de Visa et MasterCard ont été l'une des réussites les plus importantes du Forum économique de Saint-Pétersbourg. Il a été décidé que les deux systèmes de paiements continueraient d'opérer en Russie, mais sous quelles conditions, on le sait pas encore.

La décision a été prise

L'accord est intervenu durant le Forum économique international de Saint-Pétersbourg au terme de négociations entre le vice-premier ministre Igor Chouvalov accompagné du ministre des finances Anton Silouanov, Kamran Siddiqui, directeur général de Visa en Europe centrale et orientale, au Moyen-Orient et en Afrique et Bella Stavchansky présidente de MasterCard dans les marchés européens développés.

« On peut dire que les négociations menées dans le cadre du Forum économique international de Saint-Pétersbourg entre les représentants des systèmes de paiement et le gouvernement russe ont été couronnées de succès, une décision a été prise selon laquelle Visa et MasterCard sont prêts à continuer à travailler dans notre pays. Cette proposition convient également à l'Etat », déclare Anton Soroko, analyste du holding financier FINAM. D'après lui, une telle évolution des événements était attendue : quelques jours auparavant, on a appris que les législateurs étaient prêts à alléger leurs exigences envers les deux sociétés.

Selon la nouvelle loi, les systèmes de paiement doivent déposer auprès de la Banque centrale une caution équivalant à deux jours de chiffre d'affaires en Russie. Cette somme sera l'assurance qu'ils rempliront leurs obligations. Si le système de paiement refuse de desservir des cartes d'une banque donnée, il risquera une amende de 10% du paiement de garantie. Cette décision constituait la réponse des autorités russes au blocage des cartes émises par les banques figurant dans la liste des sanctions des Etats-Unis.

Avant le forum de Saint-Pétersbourg, Visa a déclaré qu'après l'entrée en application de la loi le 1er juillet, il quitterait la Russie. Dans un discours destiné aux investisseurs à Boston, le directeur général de la compagnie, Charlie Scharf, a annoncé que le système de paiement allait mettre fin à sa présence sur le marché russe en accord avec les nouvelles règles. Selon lui, les exigences des autorités russes « dépassent les limites » de ce que la compagnie est prête à faire. D'après l'estimation de Morgan Stanley, en se basant sur un volume journalier des paiements en liquide ou par carte en Russie de 1,15 milliards d'euros, il faudra que MasterCard dépose 750 millions d'euros, et Visa deux fois plus, 1,5 milliard.

« Avant même le début du forum économique, des bruits courraient selon lesquels il y aurait des négociations avec les représentants des systèmes internationaux de paiement. On a entendu dire que le parlement avait effectué des corrections dans la loi sur le système de paiement national qui permettraient de diminuer considérablement leurs exigences envers Visa et MasterCard, et que la question de la caution serait retirée de la loi », explique l'analyste en chef de UFS IC, Alexeï Kozlov. Selon Mikhaïl Kouzmine, analyste d'Investcafe, fixer un versement de garantie constituait une mesure illogique, puisque le problème des sanctions ne dépend pas des systèmes internationaux de paiement.

Travail d'avenir

Comme l'a à son tour expliqué à l'agence ITAR-TASS Anton Silouanov, ministre des Finances, Visa et MasterCard vont toutes deux implanter une filiale en Russie. Ces compagnies seront intégrées au système national de paiement qui naîtra sur la base de la Banque centrale russe. De plus, d'après le ministre, « le système sera appliqué en Russie, il ne sortira pas des limites du territoire de notre pays ». Ainsi, il sera impossible de bloquer des cartes bancaires sur exigence de l'administration américaine. Cependant, les autres détails des négociations ne sont pas connus jusqu'à présent.

« Il se peut que l'analyse des opérations soit transférée en Russie, mais ce processus pourrait prendre assez longtemps. Il me semble que dans la situation actuelle, les systèmes internationaux de paiement doivent continuer de travailler au même format que maintenant, tout en créant des filiales en Russie », déclare Mikhaïl Kouzmine.

Les exigences de la loi russe rappellent les limites auxquelles ont du se heurter Visa et MasterCard en Turquie et en Biélorussie. A titre de comparaison, en Turquie, les compagnies ont rejoint le système d'un des opérateurs nationaux de paiement par lequel passent toutes les opérations internes par cartes. La Biélorussie fait passer tous les opérateurs sur le marché national par le système « Belkart ». Les transactions sont effectuées par MasterCard uniquement si les paiements ont lieu en dehors de la Biélorussie.

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #visa #mastercard


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.