Poutine appelle l’UE à prendre part aux négociations sur le gaz

Crédit : Konstantin Zavrajine/RG

Crédit : Konstantin Zavrajine/RG

L’Union européenne va devoir résoudre les problèmes liés au gaz en Ukraine. C’est avec l’UE que la Russie envisage d’organiser des « consultations supplémentaires » sur la question. Si les « consultations » n’apportent pas de résultats rapides, Moscou est prêt à soumettre l’Ukraine au prépaiement du gaz dès le 1er mai, premier pas vers l’arrêt de l’approvisionnement en gaz.

Le président a déclaré qu’il faut attendre des « discussions supplémentaires avec les partenaires européens », si ces derniers acceptent d’y participer. « S’ils n’acceptent pas, nous agirons conformément au contrat », a ajouté Vladimir Poutine. Il estime que « l’UE ne fait rien pour soutenir Kiev, alors que la Russie, qui considère le pouvoir ukrainien illégitime, poursuit l’aide économique et subventionne l’économie ukrainienne en centaines de millions et en milliards de dollars ». « Bien entendu, cette situation ne peut durer éternellement », conclue Vladimir Poutine.

La dette globale de l’Ukraine qui pourrait être mise en recouvrement par la Russie est estimée à 16,6 milliards de dollars.

Les analystes interrogés par le journal Kommersant doutent que l’UE ou les compagnies gazières européennes puissent accorder un crédit à l’Ukraine ou lui fournir du gaz. « Dans le contexte actuel, seul le FMI peut financer le gaz en Ukraine », estime le co-président du Conseil consultatif sur le gaz Russie-UE Jonathan Stern. L’analyste sénior chez IHS Andrew Neff estime que si rien ne change avant juillet, l’UE et le FMI pourraient accorder un crédit à l’Ukraine en échange d’une part dans le système ukrainien de transport de gaz.

« Limiter les livraisons et présenter la facture est une bonne idée », estime l’analyste de la Société Générale Thierry Braud, en ajoutant que la dette gazière ukrainienne actuelle pourrait être soldée grâce aux crédits européens. Toutefois, le président du Conseil national de sécurité et de défense Fédor Loukianov estime que limiter les livraisons est un scénario catastrophe : si l’UE décide que les livraisons du gaz à travers l’Ukraine sont un problème qui ne concerne que Gazprom, cela conduirait à une grave crise gazière.

Les premières discussions quadripartites entre la Russie, les Etats-Unis, l’UE et l’Ukraine sont prévues lundi prochain, alors que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou ne se contentera pas d’y discuter du gaz bon marché, mais envisage d’aborder les questions d’organisation politique intérieure en Ukraine. 

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #Ukraine #gaz


Article en russe publié sur le site Kommersant.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.