La Russie ne renoncera pas à son adhésion à l’OCDE

Crédit : Herve Cortinat/OECD

Crédit : Herve Cortinat/OECD

L’adhésion de la Russie à l’OCDE a été suspendue, mais pas supprimée. L’Organisation de coopération et de développement économiques, a décidé, le 12 mars, de suspendre le processus d’adhésion de la Russie. Les raisons n’ont pas été spécifiées. Toutefois, la Russie compte sur la reprise rapide des négociations et ne compte pas arrêter le travail sur le plan des accords.

« Malheureusement, l’organisation a pris la décision politique de suspendre le processus de l’adhésion de la Russie à l’OCDE. Nul doute que cela affectera le rythme du processus d’adhésion. La Russie n’a pas interrompu son travail à l’intérieur du pays sur le plan des accords avec l’OCDE, cette décision a été commentée à l’Agence Prime, par un informateur au sein du gouvernement russe. Nous espérons une révision rapide de la décision prise par le Conseil de l’OCDE. »

Une position similaire est partagée par l’Ecole Supérieure d’Economie du Centre de l’OCDE, qui s’occupe de la coordination de la participation de la Russie dans les projets de l’OCDE. « Il faut espérer que la décision prise dans le contexte des événements politiques autour de l’Ukraine, est de nature temporaire », a déclaré dans un communiqué la Directrice du Centre Tatiana Mechkova. Selon elle, d’autres conditions préalables, excepté politiques, pour l’acceptation d’une telle décision ne figurent pas.

« A la fin de 2013, la majeure partie des Comités de l’OCDE s’est prononcée favorable à la volonté de la Russie d’adhérer à l’OCDE du point de vue de l’harmonisation de la réglementation et pour la période écoulée cela ne pouvait guère en être autrement dans l’état de l’économie russe et dans le cadre réglementaire en ce qui concerne la volonté de rejoindre le club « des pays économiquement développés », a déclaré dans un communiqué Mechkova.

Contexte

L’Organisation de coopération et de développement économiques, l’une des principales organisations internationales dans le domaine de l’économie inclut désormais 34 pays : principalement les pays de l’Union européenne, mais aussi les Etats-Unis, l’Australie, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, le Canada, Israël, le Chili, le Mexique, la Nouvelle-Zélande. La Russie a entamé des négociations d’adhésion à l’OCDE en 1990, en 1994 la Russie et l’OCDE ont signé une déclaration de coopération, et en 1996 la Russie avait déposé une demande d’adhésion. Depuis 2009,  les négociations étaient en cours. Avec l’entrée de la Russie dans l’OMC, le dernier obstacle du système sur ce chemin a disparu.

L’OCDE était examinée comme un des terrains internationaux les plus confortables pour la Russie, sur lequel il est possible d’obtenir des avantages économiques réels liés à l’amélioration du climat d’investissement, la qualité et l’efficacité de l’administration publique, la lutte contre la corruption et autres. « Nous espérons que le potentiel cumulé de la coopération, les relations professionnelles à long terme avec des experts russes de l’OCDE, les projets communs et les initiatives, l’intérêt mutuel dans la poursuite de la coopération seront essentiel dans le maintien des relations constructives entre la Russie et l’OCDE, ainsi que le retour rapide des négociations d’adhésion », résume un communiqué de la Directrice de l’OCDE-ESE.

 

D’après les dossiers sur les sites du Centre de l’OCDE-ESE et de l’agence Prime.

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #OCDE #Ukraine

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.