L'aéroport de Sotchi gagnera plus de 40 millions de dollars pendant les J.O.

Aéroport de Sotchi, la salle de départ. Source : wikipedia.ru

Aéroport de Sotchi, la salle de départ. Source : wikipedia.ru

L'aéroport de Sotchi peut gagner jusque 42 millions de dollars sur les jets privés pendant les olympiades. A titre de comparaison, le bénéfice de l'aéroport pour toute l'année 2012 était de 70 millions de dollars. L'aéroport a déjà reçu 650 demandes d'accueil d'avions privés pour la période des Jeux Olympiques.

Les hommes d'affaire paieront environ 64 000 dollars pour la prise en charge de chaque avion. Dans le paquet de services sont inclus : le parking de l'avion, l'emplacement pour le décollage et l'atterrissage, le ménage et le ravitaillement.

Au service de presse de Bazel Aero (compagnie du milliardaire russe Oleg Deripaska qui contrôle l'aéroport), on relie le coût élevé du service pour les jets privés au fait que la majorité des demandes ont lieu à l'ouverture et à la fermeture des Jeux, aux pires jours de pointe.

« La part des vols d'affaire pendant la période des Olympiades peut atteindre jusque 30% du nombre global des accueils à l'aéroport. Nous avons déjà plus de 650 demandes de prise en charge de jet privés, c'est cinq fois plus que lors du forum international de l'investissement de Sotchi de l'année dernière, durant lequel 115 jets privés avaient été pris en charge », a-t-on déclaré à La Russie d'Aujourd'hui au service de presse de Basel Aero.

Pendant le déroulement des Olympiades, la priorité est donnée aux vols de transports de passagers nationaux et internationaux, mais également aux vols par lesquels arrivent les équipes sportives, affirme le représentant de Bazel Aero. La prise en charge des vols de l'aviation privée, ne rentrant pas dans le créneau de jour, sera réalisée pendant les périodes nocturnes.

« Les J.O. sont un événement important et le nombre de jets privés doit être largement supérieur à 650 vols », considère Dmitri Petrotchenko le directeur du projet spécial pour l'aviation privée BizavNews. Il a rappelé que lors du Forum économique mondial de Davos, 1500 avions de classe affaire avait été déclarés et ils étaient répartis entre les aéroports de Genève et de Zurich. Pour garer les avions privés, un aérodrome militaire non loin de Genève avait en partie été utilisé. La prise en charge des avions les plus populaires Bombardier Challenger 300 (8-9 passagers) dans les aéroports suisses en coûte aux opérateurs 3 300 à 3 500 dollars, dit l'expert. Cela inclut le parking pour les journées passées, et parfois on transfert les avions pour trois à quatre jours à l'aérodrome militaire, où les prix sont encore plus bas. On pratiquait des tarifs identiques même pendant le forum économique.

« Pendant les Olympiades à Sotchi, il est préférable de ne pas voler, l'aéroport travaille au maximum de ses capacités », affirme un des opérateurs d'affaire russes. Il explique cela par les difficultés liées à l'obtention des emplacements. Tous les emplacements étaient répartis à l'avance, confirmait le représentant de Rosaviatsiia. Maintenant, il y a seulement deux moyen d’en obtenir : céder à une autre compagnie soit par le biais de l’État-major pour la coordination des arrivées/départs des jets privés à Sotchi. En Europe, il n'y a pas de tels problèmes, les jets privés volent dans un ordre défini et on ne réserve pas les emplacements pour les atterrissages et les décollages.

A Sotchi, les aéroports de réserve de Bazel Aero à Anapa et Krasnodar seront accessibles aux avions privés. Ils se trouvent à 32 min de vol de Sotchi. On a prévu là-bas respectivement 35 et 40 places de parking.  

Sur la base des données de RBC Daily et de l'information personnelle de La Russie d'Aujourd'hui

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #sotchi2014


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.