L'accès aux obligations est ouvert aux investisseurs

Les investisseurs étrangers obtiennent l'accès aux obligations mises en vente à la Bourse de Moscou qui comprend RTS et MICEX. Crédit : Grigori Syssoev / RIA Novosti

Les investisseurs étrangers obtiennent l'accès aux obligations mises en vente à la Bourse de Moscou qui comprend RTS et MICEX. Crédit : Grigori Syssoev / RIA Novosti

Les investisseurs étrangers ont obtenu l'accès direct au marché obligataire intérieur russe. Il s'agit d'un régime simplifié de travail des investisseurs via les dépositaires, Euroclear et Clearstream.

Depuis le 30 janvier, les clients de ces dépositaires peuvent acheter et vendre des obligations d'entreprises et des obligations municipales en Russie, sans création de filiales ou ouvertures de comptes bancaires dédiés dans les banques russes.

Auparavant, les investisseurs étrangers avaient un accès indirect au marché obligataire russe. Ainsi, le dépositaire Clearstream proposait à ses clients d'acheter des obligations en Russie par l'intermédiaire de la filiale de Deutsche Bank en Russie.

Contexte

Clearstream et Euroclear sont deux grands dépositaires effectuant plus de 70% de toutes les transactions de gré à gré avec des titres en Europe. La fonction principale de ces deux dépositaires centraux internationaux est d'effectuer des transactions monétaires à l'échelle mondiale.

L'entrée de Euroclear et Clearstream sur le marché russe des obligations d'entreprises et des obligations municipales est une nouvelle étape d'intégration de l'infrastructure russe post-marché à l'infrastructure mondiale. La première étape a eu lieu en février et mars 2013, quand les dépositaires internationaux ont obtenu la possibilité de proposer à leurs clients des marchés de gré à gré, avec des obligations d'emprunt fédéral. L'entrée d'Euroclear et de Clearstream sur le marché russe d'actions est prévue pour le 1 juillet 2014.

Les attentes de la Russie

Pour la Russie, l'avantage principal de l'accès élargi des étrangers aux obligations consiste en une baisse du coût de l'emprunt. Plus il y a d'acteurs, plus petit est le taux d'intérêt pour les emprunteurs. L'intérêt principal pour les investisseurs étrangers est la rémunération élevée des obligations russes.

Le pouvoir russe compte attirer un minimum de 7,3 milliards d'euros via les dépositaires internationaux. La part des investisseurs étrangers sur le marché russe des obligations d'entreprises durant les deux à trois ans à venir peut tripler et atteindre 10%, ou augmenter de 7,3 à 11 milliards d'euros. Ce pronostic a été présenté par le ministre des finances de la Fédération de Russie, Anton Silouanov. Il a rappelé que l'ouverture de l'accès pour les investisseurs étrangers aux obligations d'emprunt fédéral a porté ses fruits. « Au cours de l'année dernière, la part d'investisseurs étrangers sur ce marché a considérablement augmenté et a atteint environ 25%. Nous sommes également satisfaits du fait que maintenant, les principaux investisseurs mondiaux, y compris les fonds souverains, ont commencé à investir directement en effets publics russes », a annoncé le ministre.  

Les obligations d'entreprises

En ce qui concerne les obligations d'entreprises, les investisseurs étrangers obtiennent l'accès aux obligations mises en vente à la Bourse de Moscou (qui comprend RTS et MICEX). Et ce sont des titres de centaines d'émetteurs, y compris les plus grandes sociétés et banques : Sberbank, Gazprom, Rosneft. La rémunération peut atteindre 7-8%, beaucoup plus qu'en Europe ou aux Etats-Unis.

Contexte

Les obligations sont des titres de créances dont l'acquéreur reçoit le revenu fixe à l'échéance de leur remboursement, définie à l'avance. Par exemple, pour les obligations municipales de la ville de Volgograd, les municipalités s'engagent à racheter leurs obligations trois ans plus tard à un prix fixe, qui est, naturellement, supérieur au prix initial du placement. Il est également possible de gagner de l'argent en profitant des variations de la cote courante des obligations qui se vendent et s'achètent tous les jours sur le marché.

Les investisseurs peuvent être intéressés aussi bien par des obligations à forte rémunération mais à risque élevé, par exemple, Mechel et RUSAL Bratsk, que par des obligations à un risque quasi inexistant, comme celles de Gazprom et Sberbank.

Les obligations municipales  

Le marché des obligations municipales est un des segments les plus modestes, en termes de volume, du marché russe des obligations. La part des obligations municipales dans le chiffre d'affaires cumulé de la Bourse ne dépasse pas 3,5%.

Les investisseurs étrangers pourraient être attirés par les titres de créance des grandes villes russes ayant une assez bonne notation. Notamment, les obligations de la ville de Moscou sont les plus prisées par les investisseurs, leurs cotations ne cessant d'augmenter.

« Compte tenu des transferts interbudgétaires, les obligations municipales peuvent tout à fait être considérées comme l'équivalent des obligations d'emprunt fédéral sans risque, mais avec un rendement beaucoup plus élevé. Le rendement estimé des obligations d'emprunt fédéral à échéance juin 2017 est de 7,2%, et, par exemple, les obligations de la région de Voronej à échéance décembre 2017 sont rémunérées à 8,4% », dit l'analyste d'Investcafé Timour Nigmatoulline.

« Le niveau de rendement dépend des risques de l'émetteur, mais en général pour les obligations municipales et les obligations d'entreprises avec la notation « BBB », le rendement indicatif  « net » est de 7,5 à 8,5% par an. Pour les titres émis par des émetteurs notés BB et au-dessous, le rendement peut varier de 8% à 14% par an », dit le directeur adjoint du département de l'analyse et de la gestion des risques de UFS Investment Company, Vadim Vedernikov. Selon lui, l'écueil principal pour les investisseurs étrangers est la liquidité limitée. Les avantages de l'utilisation des dépositaires internationaux sont le taux élevé de protection contre les risques d'infrastructure et la grande transparence du processus d'exécution des transactions. 

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.