L’héritage 
olympique de Sotchi

Crédit photo : Reuters

Crédit photo : Reuters

La perle de la Mer Noire va profiter des infrastructures construites pour les JO pour se métamorphoser en centre touristique international. Le décollage est déjà visible.

L'expérience internationale l'a démontré : les Jeux Olympiques constituent souvent un événement profitable pour la ville dans laquelle ils se déroulent.

Selon le professeur d’économie de l’American College Smith, Andrew Zimbalist, spécialiste de l’économie du sport, pour autant qu’une organisation efficace soit mise en place, un événement sportif important permet de faire d’une pierre deux coups.

L’événement constitue un stimulant pour le développement du secteur socio-économique et des infrastructures, et aide à attirer les financements manquants dans des projets d’infrastructures spécifiques.

La théorie confirme la pratique russe. Pour la transformation de la station balnéaire en capitale des JO d’hiver, plus de 4,5 milliards d’euros ont été dépensés en 2012 soit pratiquement la moitié des investissements totaux dans la région de Krasnodar.

Comme l’assure le Comité d’organisation Sotchi 2014, des financements massifs sont alloués à la préparation des Jeux Olympiques, ce qui a en retour donné un puissant coup d’accélérateur au développement économique de la région.

Selon les données du Comité d’organisation, 560 000 emplois ont été créés, dont 70 000 dans le secteur de la construction. 26 000 emplois devraient encore être créés à l’avenir grâce au développement du tourisme, a déclaré en décembre 2013 le maire de Sotchi, Anatoli Pakhomov. 

Le taux d’emploi a connu une croissance spectaculaire à partir de 2009 : selon les informations du Comité d’organisation de Sotchi 2014, l’on a assisté à une augmentation de 14% du nombre de personnes employées dans le secteur de la construction, de 15% dans le secteur de l’agriculture, et de 8% dans le domaine des transports et des communications.

Le niveau des salaires a progressé en parallèle. En décembre 2013, les travailleurs employés dans le cadre des projets olympiques touchaient en moyenne environ 760 euros. À titre de comparaison, la moyenne régionale est de 570 euros.

Le dynamisme du développement de Sotchi l’olympique a fait d’elle une ville leader en termes de qualité de vie parmi les villes russes (selon le classement établi par l’Institut d’aménagement territorial Urbanica), ainsi qu’en matière de climat des affaires.

Il l'a dit

" Afin que Sotchi puisse devenir une ville de niveau international, il faut résoudre deux problèmes. Le premier est le régime des visas pour les ressortissants européens. Obtenir un visa russe est une procédure compliquée. L’autre facteur est le transport aérien. Outre les tarifs, il faut modifier l’itinéraire et proposer des vols directs sans escale à Moscou »

Vladimir Kantorovitch, Président de l’Association des tour-opérateurs

Rappelons que l'édition russe du journal Forbes a nommé en 2012 Sotchi meilleure ville de Russie pour le climat des affaires, sur la base de la politique fiscale, des possibilités de financement et des contraintes administratives. 

L’arrivée sur le marché local de l’hôtellerie des leaders internationaux du secteur - Kempinski, Mariott International et Rezidor Hotel Group, constitue par ailleurs une preuve flagrante des perspectives prometteuses de la cité balnéaire.

Pour assurer le futur de Sotchi, les autorités russes misent principalement sur le tourisme. D’après le Comité d’organisation de Sotchi 2014, la société chargée de la communication de la capitale des JO d’hiver a commencé à attirer les touristes il y a 5 ans. De 2005 à 2009, le nombre de visiteurs a crû de 55%, passant de 3,08 à 4,8 millions de personnes.

Au cours des deux dernières années, le « chantier du siècle » a cependant fait fuir les vacanciers : selon le vice-président de l’Union des industries touristiques de Russie, Youri Barzikine, la chute serait de l’ordre de 20 à 25%. Sotchi dispose toutefois des atouts censés permettre un retour des touristes et hisser la ville au niveau d’une station balnéaire internationale. 

Les visiteurs devraient être attirés par le grand nombre de chambres proposé, ainsi que par les tarifs attractifs résultant de l’intensification de la concurrence entre hôteliers. Selon une étude de Jones Lang LaSalle Hotels, Sotchi devrait se doter d’ici 2014 de 20 000 chambres d'hôtel supplémentaires.

Les experts ont calculé que le volume des chambres devrait avoir plus que décuplé (en 2007, lorsque Sotchi a remporté l’organisation des Jeux olympiques, la capacité hôtelière s’élevait à environ 31 000 chambres, parmi lesquelles seules 1 700 étaient placées par les experts dans la catégorie « offre adéquate »).

Pour la station balnéaire, outre les hôtels, les infrastructures environnantes sont également d’une importance certaine. À la veille des Jeux Olympiques, les ouvrages de génie civil et les routes de la région de Krasnodar ont été considérablement rénovés. 

Après les Jeux, Sotchi disposera toujours de 50 nouvelles infrastructures de transports, 367,3 km de routes et de ponts, 201km de voies de chemin de fer, 20 échangeurs et tunnels...

Comme l’a souligné le Comité d’organisation de Sotchi 2014, l’objectif principal est d’augmenter les capacités routières entre Sotchi et les autres villes ainsi que d’améliorer la qualité des routes.

Une route longue de 10 kilomètres ceinturant Sotchi a été construite dans ce but, tandis que les tronçons de la route fédérale M-26 Droujba-Sotchi situés à la frontière avec l’Abkhazie sont en train d’être achevés.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.