Les Jeux Olympiques bénéficieront aux chômeurs russes

Crédit photo : Reuters

Crédit photo : Reuters

7 000 postes sont à pourvoir pour assurer le bon déroulement des Jeux 2014, alors que le pays compte 879 000 demandeurs d'emploi. Le Ministère du travail a décidé de faire venir la main-d'œuvre au sud du pays. Selon les experts, grâce à ce programme, les chômeurs russes vont venir remplacer les travailleurs migrants dans la région.

Les entreprises qui recrutent travaillent dans les domaines du transport, de la restauration, de l'hôtellerie. Elles sont prêtes à fournir le logement, des avantages en nature, des formations et de prendre en charge les dépenses liées au déménagement.

Le stade le plus difficile, celui des chantiers de construction, est déjà derrière nous, affirme Aleksander Pakhomov, le chef des projets de recrutement de masse du personnel pour les installations olympiques, à Adecco Group Russia.

C'est justement à ce moment-là que la ville a été investie par une armée de travailleurs immigrés, ce qui a créé des tensions sociales. Même le gouverneur Aleksander Tkatchev a avoué que la situation était difficile, car ces gens-là ont envahi la ville jusqu'aux sous-sols.  

Maintenant c'est le stade des services qui a commencé, et les migrants non qualifiés sont remplacés peu à peu par des « cols bleus » russes et même des Italiens et des Anglais hautement qualifiés, constate Pakhomov.

« Sotchi compte 360 000 habitants, et pour répondre aux besoins des Jeux Olympiques il faudra 100 000 personnes. La ville ne peut donc pas répondre seule à cette demande », dit-il.

Les habitants d'autres régions, surtout des oblasts de Rostov et de Saratov et du kraï de Stavropol, arrivent en renfort. « Il y a même ceux qui viennent de Vladivostok !", souligne-t-il.

La recherche d'un spécialiste prend quelques jours, on compte en moyenne 2 à 4 CV par offre d'emploi, ce qui n'est pas suffisant, se plaint Aleksander Pakhomov. Il espère que l'implication du Ministère du travail favorisera l'augmentation du nombre de candidatures.

Ce qui est encore plus difficile c'est de trouver des profils maîtrisant l'anglais. « Si on arrive à mieux informer les gens, cela nous aiderait beaucoup dans notre travail », assure le chef de projets d'Adecco.

Maintenant c'est la haute saison du recrutement de personnel, ajoute le responsable marketing d'Adecco, Nazar Kotentsov. Un recruteur pourvoit environ cent postes par mois, ce qui est un flux énorme.

« En décembre, nous devrons trouver 2800 chauffeurs », pour répondre à la nouvelle requête. Il n'est pas compliqué de trouver un chauffeur, ce qui est difficile c'est de trouver ce nombre de chauffeurs d'un coup.

Selon les données du Ministère du travail, les professions les plus demandées à Sotchi en ce moment sont: des femmes de chambre, des cuisiniers, des boulangers pâtissiers, des barmans, des serveurs, des réceptionnistes, des administrateurs, des portiers, des employés de blanchisseries, des plombiers, des mécaniciens d'entretien, des chauffeurs, des gardiens, des manutentionnaires, des jardiniers, des vendeurs et des monteurs électriciens.

La décision du Ministère du travail va résoudre en partie le problème des travailleurs illégaux sur les installations olympiques, selon le directeur du Centre de développement de l'Ecole des hautes études en sciences économiques, Natalya Akindinova.

Si l'on crée les conditions favorables pour le déménagement et que l'on propose un certain confort d'emploi, le problème du manque de personnel peut être résolu en sollicitant les demandeurs d'emploi d'autres régions de la Russie.

Maintenant, il y a déjà des gens qui travaillent à Sotchi en faisant la navette, mais ce phénomène reste marginal. « C'est une bonne solution, mais on n'arrivera pas à remplacer complètement les travailleurs immigrés », assure l'expert.

Source : Rbcdaily.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.