Microsoft enseigne l’informatique

En 2011, le président de Microsoft Russie, Nicolaï Prianichnikov, a signé un contrat avec l’adjoint du PM Dmitri Kozak déclarant Microsoft comme le fournisseur officiel de programmes informatiques pour les JO de Sotchi. Crédit : Itar-Tass

En 2011, le président de Microsoft Russie, Nicolaï Prianichnikov, a signé un contrat avec l’adjoint du PM Dmitri Kozak déclarant Microsoft comme le fournisseur officiel de programmes informatiques pour les JO de Sotchi. Crédit : Itar-Tass

Durant les trois dernières années, Microsoft a formé gratuitement des centaines de milliers de Russes à l’informatique grâce à un accord passé au Forum Economique International de Saint-Pétersbourg. L’entreprise est maintenant engagée dans le financement d’amorçage de startups dans la capitale du nord de la Russie et a été choisie comme fournisseur officiel de programmes informatiques pour les Jeux Olympiques de Sotchi de l’année prochaine.

Le Forum Economique International de Saint-Pétersbourg (SPIEF), l’événement annuel d’investissement le plus important de Russie, attire généralement l’attention sur des projets industriels ou bancaires d’envergure, et le montant total des accords conclus se situe entre 6 et 14 milliards de dollars. Mais, au cours des trois dernières années, l’innovation et les programmes informatiques sont venus sur le devant de la scène de l’événement, avec le géant américain Microsoft en tête.

Au SPIEF de 2010, Microsoft s’est attaqué au problème du manque de connaissance informatique parmi la population russe (qui est de plus en plus important alors même que le taux d’usage d’internet est monté en flèche dans le pays, au dessus de 50%) en ouvrant directement Votre Cours, un centre offrant une formation gratuite à l’université de Saint-Pétersbourg des Nouvelles Technologies, de la Mécanique et de l’Optique. « Dès lors, nous avons augmenté le nombre de centres pour dépasser la centaine et avons formé plus de 300 000 Russes », a expliqué un représentant de Microsoft.

L’année suivante, le président de Microsoft Russie, Nicolaï Prianichnikov, a signé un contrat avec l’adjoint du Premier Ministre Dmitri Kozak déclarant Microsoft comme le fournisseur officiel de programmes informatiques pour les Jeux d’hiver de Sotchi. L’entreprise a aussi ajouté le Technoparc Ingria de Saint-Pétersbourg à son programme BizSpark, en offrant des programmes gratuits de démarrage et des instruments de développement aux résidents du parc high-tech. « Saint-Pétersbourg a donné à BizSpark plus de 400 startups », explique Diana Tokmachova, directrice de marketing pour des start-ups. « Ingria compte pour environ 50 du total ».

Au SPIEF de l’année dernière, Microsoft a annoncé un accord bilatéral avec le Fonds d’investissement d’avenir de Saint-Pétersbourg qui a envisagé une procédure de sélection simplifiée pour les bénéficiaires des bourses du Fonds d’avenir de Microsoft. Jusqu’à présent, le Fonds d’avenir de Microsoft a investi environ 1 milliard de dollars dans 17 projets, dont deux dans Ingria.

« Microsoft nous a soutenus au bon moment, quand nous développions le prototype. L’argent que nous avons reçu du Fonds d’investissement nous a aidé à mettre en place une équipe professionnelle et à nous consacrer sur le travail pendant 6 mois afin d’obtenir un produits prêt à la vente », explique Dmitri Shuvaev basé à Pirate Pay, un résident de la fondation Skolkovo. Le Fonds d’investissement de Microsoft a offert une bourse de 100 000 dollars au développeur d’une solution pour supprimer les contenus digitaux illégaux. « Il était très important que l’argent soit fourni gratuitement, sans division des parts, de telle sorte que nous n’étions pas restreints par n’importe quel accord d’investissement », précise Shuvaev.

Microsoft a également signé un accord avec le gouvernement de Saint-Pétersbourg pour organiser les finales de la Coupe Microsoft Imagine dans la ville en juin 2013, après l’édition 2013 du SPIEF. Une centaine d’équipes venant de 109 pays est attendue pour se disputer des prix de 50 000, 10 000 et 5 000 dollars. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.