Mercedes-Benz lancera la production de Sprinter en Russie

Bo Inge Andersson de GAZ Group (à g.) et Vans' Volker Mornhinweg (à dr.) de Mercedes-Benz ont signé un mémorandum de coopération en 2010. Crédit : Itar-Tass

Bo Inge Andersson de GAZ Group (à g.) et Vans' Volker Mornhinweg (à dr.) de Mercedes-Benz ont signé un mémorandum de coopération en 2010. Crédit : Itar-Tass

Mercedes-Benz lancera au second semestre de 2013 la production en série du véhicule utilitaire léger Sprinter. L’accord prévoyant la réalisation de ce projet a été signé l'été dernier lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

Pour le marché automobile russe, tout ne va pas si bien que ça. Après une période de croissance rapide de 2011 et 2012, l’année 2013 a été marquée par une stagnation. En mars dernier, les ventes de nouvelles voitures ont baissé de 4% par rapport à la même période de l’année 2012, ce qui a effectivement réduit à néant la légère croissance de janvier et février.

Toutefois, le constructeur automobile russe GAZ (numéro deux du pays) et le géant allemand Mercedes-Benz, qui ont récemment lancé en Russie un projet conjoint, sont plutôt optimistes. Ainsi, d’après l'Association des entreprises européennes (AEB), GAZ a réussi au premier trimestre 2013 à vendre 17.000 nouveaux véhicules, ce qui représente une croissance de 2% en glissement annuel. Mercedes-Benz, quant à lui, a augmenté ses ventes de 24% au cours de la même période.

Certes, ce succès du groupe allemand est moins impressionnant en termes absolus : il ne s’agit que de 835 véhicules vendus (à titre de comparaison, l’autre compagnie allemande Volkswagen AG, a vendu 3.466 VUL au premier trimestre de 2013, ces ventes étant en effet en baisse de 4%). Mais Mercedes pourrait bientôt augmenter considérablement sa présence en Russie.

En été dernier, au cours du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Mercedes-Benz et GAZ ont signé un accord prévoyant la production de véhicules Mercedes-Benz Sprinter dans l’usine de GAZ de Nijni-Novgorod. Le géant allemand investira dans le projet plus de 100 millions d’euros, tandis que le groupe russe débloquera plus de 90 M EUR. Les entreprises envisagent de produire 30.000 automobiles par an.

Le russe GAZ a déjà entamé la rénovation de l’usine pour accueillir le projet. D’après le représentant de Mercedes-Benz en Russie Andreï Rodionov, la production en série sera lancée au second semestre de 2013. « Nous nous attendons à de grosses commandes, car le modèle qui sera fabriqué à Nijni-Novgorod, peut être aménagé pour le transport de passagers et de marchandises », a fait remarquer M.Rodinov.

Il est à noter que l’initiative russo-allemande prévoit l’assemblage des véhicules Sprinter de génération précédente, positionnés sur le segment des prix moyens. Les Sprinter de dernière génération, fabriqués à Düsseldorf, seront toujours importés en Russie. A l’heure actuelle, GAZ domine le marché russe des véhicules utilitaires à bas prix avec son modèle Gazelle.

Comme l’estime l’analyste du groupe d’investissement russe Investcafé, Andreï Chenk, le Sprinter trouvera facilement sa place sur le marché russe grâce à l’assistance de GAZ. « Compte tenu de la capacité de l’usine qui se chiffrera à près de 25.000 autos par an, ce modèle pourrait d’ici trois ans occuper près de 13% du marché, à condition que la croissance se maintienne à environ 4% », estime l’expert.

En outre, Mercedes-Benz sera toujours le partenaire du Forum de Saint-Pétersbourg, prévu cette année au mois de juin. D’après Andreï Rodionov, le groupe allemand fournira pour l’organisation de l’événement plus de 200 véhicules (classes E et S, ainsi que des minibus). Ce Forum permettra en outre au groupe de vendre des autos d’occasion : la plupart des véhicules offerts pour l’événement sont en effet déjà vendus.

Mercedes-Benz n’est pas le seul partenaire étranger du groupe GAZ. Le constructeur russe est actuellement en coopération avec l’allemand Volkswagen AG (assemblage des Skoda Yeti) et l’américain General Motors. « La coopération industrielle permet à GAZ de rénover 200.000 km2 de zones de production par an. Au total, près de 500 millions d’euros ont été investis dans les projets internationaux de GAZ », disent les représentants de la compagnie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.