Le duty free à l'assaut du réseau ferré russe

L'année dernière, les ventes de produits hors taxes ont été de l'ordre d'un milliard de dollars, la part des ventes à bord des avions ayant atteint 10-15% de ce montant. Crédit : RIA Novosti

L'année dernière, les ventes de produits hors taxes ont été de l'ordre d'un milliard de dollars, la part des ventes à bord des avions ayant atteint 10-15% de ce montant. Crédit : RIA Novosti

Cet été, des magasins hors taxes feront leur apparition sur les lignes internationales.

En quête de revenus supplémentaires, les chemins de fer russes s'apprêtent à emprunter l'expérience des compagnies aériennes. Comme l'a appris RBC Daily, la Société fédérale des passagers (FPK, opérateur des trains grandes lignes), une filiale des Chemins de fer russes (RZD), prévoit d'organiser dans ses trains des boutiques duty free. Le projet pilote sera lancé cet été dans le train rapide « Stolichnny Express », qui relie sans arrêt Moscou et Kiev. Ensuite, la société étudiera la possibilité d'introduire un service similaire dans le train « Léon Tolstoï », qui dessert la ligne Moscou – Helsinki.

Comme l'a annoncé à RBC Daily une source au sein de FPK, la gamme de produits sera similaire à celle proposée à bord des avions (boissons alcoolisées, parfums et cosmétiques, bijoux). La société n'a pas révélé qui serait l'opérateur des duty free, indiquant que le contrat n'a pas encore été signé. À l'heure actuelle, une trentaine de sociétés de duty free opèrent en Russie (en vendant des marchandises dans les aéroports et les avions). Les plus grandes sont au nombre de cinq, a déclaré le directeur exécutif adjoint de l'Association des organisations du commerce hors taxes et du commerce dans les transports (BORT) Ioulia Mechtcheriakova. Selon BORT, l'année dernière, les ventes de produits hors taxes ont été de l'ordre d'un milliard de dollars, la part des ventes à bord des avions ayant atteint 10-15% de ce montant. En Occident, la situation est différente, 30-40% du revenu total étant réalisé dans les airs, a déclaré Mme Mechtcheriakova.

L'expérience internationale montre que ce type d'activité peut rapporter aux chemins de fer des revenus conséquents. Toutefois, la Russie ne possède pas l'infrastructure nécessaire et, cette question n'a pas été entièrement mise au point au niveau législatif, indique la représentante de BORT. « La question principale est de savoir comment RZD va organiser le contrôle dans les gares intermédiaires et veiller à ce que les acheteurs de produits hors taxes ne descendent pas à la frontière russe. Pour ce faire, il faut au moins établir un système qui permette de scanner les billets des passagers pour déterminer leur itinéraire », a déclaré Mme Mechtcheriakova.

C'est la même chose pour les gares ferroviaires : comme dans les aéroports, le système de contrôle doit y être organisé de telle sorte que les zones internationales et nationales soient séparées et que le passager, après inspection, ne puisse pas revenir en arrière, estiment les experts.

L'idée d'introduire des services duty free dans les chemins de fer a été approuvée par l'Etat au printemps de l'année dernière, lorsque le gouvernement a autorisé à ouvrir des boutiques hors taxes dans les points de passages ferroviaires frontaliers. On prévoyait que les premiers duty free ouvriraient dans la gare ferroviaire de Finlande à Saint-Pétersbourg, et dans la gare de Vyborg. Ensuite, des magasins hors taxes devaient apparaître dans toutes les gares russes possédant des lignes internationales. Cependant, ce service n'est jusqu'à présent disponible dans aucune gare russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.