Hollywood va construire des parcs d’attraction en Russie

Les personnages des films de DreamWorks sont très populaires en Russie. Crédit : GK Regions

Les personnages des films de DreamWorks sont très populaires en Russie. Crédit : GK Regions

La société hollywoodienne DreamWorks Animation va construire en Russie son premier parc d’attractions. Le choix du pays ne s’est pas fait par hasard, le marché russe du divertissement a commencé à croître rapidement et les géants internationaux tentent d’occuper la niche. Des projets similaires ont déjà été annoncés par Universal et Angry Birds.

Père de trois enfants, dont l’aîné n’a que six ans, le jeune entrepreneur russe Alik Moutsoev raconte avec sourire son nouveau projet. Sa famille est copropriétaire de la société GK Regiony, le partenaire russe de DreamWorks Animation. « En voyant la fascination de mes enfants quand ils regardent ces dessins animés, un désir monte en moi de transmettre cette joie aux enfants de notre pays sous la forme de parcs à thème », raconte-t-il dans une interview à La Russie d’Aujourd’hui, tout en admettant qu’il a lui-même été fasciné par les personnages du film d’animation Madagascar.

GK Regiony, où Alik occupe le poste de membre du comité directeur, va construire trois parcs DreamWorks Animation à Moscou, Saint-Pétersbourg et Ekaterinbourg pour une superficie d’environ 1 million de mètres carrés. Le projet coûte 1 milliard de dollars (757, 8 millions d’euros), dont 30% proviennent des propres fonds de la société, et 70% sont constitués des crédits attribués par la banque. Deux endroits de construction, à Saint-Pétersbourg et Ekaterinbourg, sont déjà choisis. Les pourparlers pour un site à Moscou sont encore en cours.

Son cousin, Amiran Moutsoev, également membre du comité directeur de GK Regiony, compte sur un amortissement en dix ans et pourra recevoir chaque année 11,7 millions de visiteurs (en comparaison, dans les trois villes vivent environ 20 millions de personnes). Le prix d'entrée sera dans la moyenne du marché : 50-80 dollars (35-60 euros), comprenant une entrée pour toutes les attractions.

On ne sait pas encore quelles attractions seront construites dans ce centre de divertissement, c’est le premier projet de DreamWorks dans le monde. Les personnages des films d’animation les plus connus devraient apparaître : Shrek, Madagascar, Dragons, Kung Fu Panda. Près du parc se trouveront des centres commerciaux, des restaurants et des cinémas mais également des hôtels trois étoiles et des parkings de 11 000 places. Le premier parc devrait ouvrir ses portes en 2015.

}

Depuis fin 2012, une moisson de projets similaires sont nés dans la sphère du divertissement en Russie. Peu de temps après la déclaration de DreamWorks, a été dévoilé le projet de construction des parcs Angry Birds, il est vrai d’une superficie bien moins importante (10 000e mètres carrés). Et en décembre 2012, la commission d’urbanisme de Moscou a adopté un projet de construction d’un complexe hôtelier d’affaires au sud de Moscou où sera dévloppé un parc thématique de la société de cinéma hollywoodienne Universal Studios. Le partenaire russe impliqué dans le projet est ici la société BIN, les investissements dans un parc d’attractions sont trois fois supérieurs aux investissements de DreamWorks dans trois villes, 3 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros). La construction devrait commencer dans un avenir proche. Ce sera le cinquième en tout dans le monde et le premier parc à thème Universal Studios en Europe.

La niche pour de tels parcs d’attractions en Russie est pour l’instant inoccupée même si, à Moscou, il y existe déjà plusieurs grands parcs où vous pouvez vous promener avec des enfants, mais leurs équipements laissent à désirer : ils sont pauvres et n’ont pas beaucoup évolué depuis la période soviétique.

Amiran Moutsoev n’a pas peur de la concurrence avec d’autres projets hollywoodiens. « Les personnages de DreamWorks sont les plus populaires en Russie », assure-t-il. Le projet est soutenu par le directeur général de DreamWorks Animation, Jeffrey Katsenberg. Selon son évaluation, l’année dernière, Madagascar 3 est devenu le deuxième film en volume des recettes d’entrées parmi les films d’animation de toute l’histoire de la vente cinématographique en Russie. Le film a recueilli plus de 48 millions de dollars (plus de 36 millions d’euros) dans les salles en Russie. Le leader étant le film du studio 20th Century Fox, L’Age de Glace 4. « Les personnages de DreamWorks sont plus populaires en Russie que ceux de Disney ou d’Universal. Six des dix films d’animation les plus populaires sont des productions DreamWorks », a-t-il déclaré pendant la présentation du projet.

Il y a cependant une place au soleil pour tout le monde. Le marché russe des attractions croît à un taux de 10% par an. En 2011, il a augmenté de 12% pour atteindre 24,1 milliards de dollars (18, 3 milliards d’euros) et est entré dans les dix marchés à la croissance la plus rapide au monde, communique PwC. De plus, plus de 60% du marché est accumulé justement par Moscou, Saint-Pétersbourg et Ekaterinbourg, où la société Regiony prévoit de construire les parcs DreamWorks Animation, selon Moutsoev. Les Experts de PwC prévoient que, dès 2014, le marché des parcs d’attraction en Russie deviendra plus important que dans la région des pays d’Europe, du Proche-Orient et d’Afrique, et en 2016, il devrait atteindre près de 39 milliards de dollars (29,5 milliards d’euros).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies