E-commerce : contempler la « voie chinoise »

  Maxime Faldine Crédit : RIA Novosti

Maxime Faldine Crédit : RIA Novosti

En matière de développement de l'e-commerce, la Russie se situe quelque part entre l'Inde et la Chine.

Si l'Inde en est encore à ses balbutiements, seule 11% de la population (137 millions) utilisant internet pour faire des achats, en Chine ce chiffre atteint 40% de la population (538 millions de personnes). Dans les deux pays, le commerce de détail traditionnel est très peu développé, les formats modernes embrassent moins de 10% du total des échanges. C'est pourquoi Internet pénètre plus rapidement la vie des gens que les autoroutes et les aéroports modernes. Par conséquent, l'e-commerce chinois a doublé son volume l'année dernière et devrait croître de 65% en 2013. Le commerce de détail traditionnel chinois affiche de son côté une croissance de plus de 20% par an.

C'est au Royaume-Uni que le commerce électronique occupe la plus grande place dans l'économie. La part des ventes en ligne dans le commerce de détail du Royaume-Uni dépasse 10% et affiche une croissance constante. Les plus audacieuses prévisions de BCG tablent sur 23% d'ici 2016. La Russie en est encore très loin. Cependant, l'histoire de la Chine et de la Russie montre que les États en développement connaissent une évolution de l'Internet beaucoup plus rapide que dans les pays développés. Le chemin parcouru par les États-Unis et la Grande-Bretagne en 15-20 ans a été réalisé par la Chine en 5-7 ans. La Russie est tout à fait capable de le surmonter 7-8 ans.

Si l'on accepte cette logique, l'e-commerce russe devrait subir une forte accélération de son rythme de croissance. En 2020, nous serons peut-être au niveau de la Grande-Bretagne aujourd'hui : - 5,6% du PIB (120-150 milliards de dollars), la vente de détail en ligne devant alors atteindre 10-12% du volume du commerce de détail traditionnel. Cela représente une multiplication par dix, passant de 12 milliards de dollars à 120 milliards en 2020.

La croissance actuelle du commerce électronique en Russie est de 25-30% par an. Son volume est inférieur à 1% du PIB, et la part du secteur en ligne dans le commerce de détail total atteint environ 2%. Et si pour le nombre d'utilisateurs d'Internet, nous avons dépassé l'Allemagne l'année dernière et pris la première place en Europe (68 millions, soit 48%), en ce qui concerne le nombre d'acheteurs en ligne nous avons du retard : 23 millions (34%) contre 41 millions (61%) en Allemagne. Ainsi, tous les signes indiquent que la croissance des utilisateurs d'Internet se superposera, comme en Chine, à la hausse du nombre d'acheteurs et de la fréquence des achats. Le commerce électronique, pénétrant de plus en plus profondément les coins reculés de l'économie russe, va commencer à afficher une croissance de 40-60%. Je suis conscient que tout cela dépend notamment de notre société et de nos collègues de la filière. Plus le service fourni à nos clients sera de bonne qualité et stable, plus le développement d'Internet en Russie sera rapide.

Maxime Faldine est copropriétaire du supermarché en ligne WikiMart.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies