Les derniers préparatifs

A l’approche de la cérémonie d’ouverture, les volontaires responsables de l’arrivée des sportifs et des délégations à Sotchi sont de plus en plus stressés. Crédit : RIA Novosti

A l’approche de la cérémonie d’ouverture, les volontaires responsables de l’arrivée des sportifs et des délégations à Sotchi sont de plus en plus stressés. Crédit : RIA Novosti

Nina Orlova est le pseudonyme d’une des volontaires russes des Jeux Olympiques à Sotchi, qui, dans l’anonymat, animera un blog exclusif pour La Russie d’Aujourd’hui. Vous pourrez suivre les Jeux Olympiques de l’intérieur et connaître le quotidien de ses participants en première ligne.

La cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques est toute proche. D’ici là, chaque participant essaie de résoudre au plus vite les derniers problèmes et se consacre entièrement aux derniers préparatifs.

Les volontaires se consacrent aux questions les plus vitales : trouver un bon plan pour le logement et les repas et des billets pour l’une des répétitions générales de la cérémonie d’ouverture. Mes collègues adoptent une approche stoïque aux deux premières questions et ne se soucient pas des difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Aussi, une de mes connaissances m’a raconté, sans une hombre d’émotion, comment, elle a passé la moitié d’une nuit, la veille de sa tournée de travail, à nettoyer l’inondation provoquée par un robinet qui s’est détaché dans sa salle de bain (les maisons neuves, à peine construites, recèlent parfois des surprises), avant de laisser tomber et se dire que dormir au son d’eau qui coule est même plus agréable.

Les billets pour les répétitions générales sont une façon d’encourager les volontaires qui se sont déjà distingués. Aussi, tous ceux qui ont déjà vu la cérémonie font une mine mystérieuse et ne manquent pas de remarquer que, oui, ils savent tout, mais ne peuvent rien dire. Les détails de la cérémonie, paradoxalement, ne sont pas encore rendus publics – c’est la preuve évidente de l’efficacité des briefings où on nous a détaillé de manière très stricte ce que nous pouvions dire ou pas.

A l’approche de la cérémonie d’ouverture, les volontaires responsables de l’arrivée des sportifs et des délégations à Sotchi sont de plus en plus stressés. Non seulement ils doivent accueillir les équipes, mais aussi les diriger vers le transport approprié, gérer de très nombreuses valises, coordonner les départs et, tout en restant aussi sympathiques et accueillants que possible, surveiller les journalistes. A l’arrivée d’une équipe particulièrement célèbre, une foule se forme dans la salle exiguë des arrivées internationales. Des sacs, des gros cartons, des câbles, des journalistes qui vont et viennent, des skis, des chariots… Et dans tout ce chaos, il ne faut oublier rien ni personne. Aujourd’hui, par exemple, l’équipe de hockey canadienne est arrivée et les journalistes ont rempli la salle d’arrivée une heure et demie avant l’arrivée prévue du vol. Les gens trébuchaient tout le temps sur des câbles ; des bras, des sacs et des skis empêchaient les journalistes d’enregistrer leurs présentations, certains courraient à travers toute la salle pour poser un peu hystériquement la même question à tout le monde « alors, ils sont arrivés ? oui ou non ? ». Bientôt, l’afflux des arrivants s’estompera et les volontaires des arrivées et des départs pourront pousser un soupir de soulagement, mais pour l’instant, c’est bien cette agitation qui remplie de vie le nouvel aéroport de Sotchi.

Découvrez notre section spéciale consacrée aux Jeux d'hiver de Sotchi !

 

Réagissez à cet article en tweetant @larussie #Sotchi2014


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.