La route pour Sotchi

Le premier objectif des nouveaux arrivants, après leur installation, c’est l’obtention de l’accréditation et de l’uniforme. Crédit : Mikhaïl Mokrouchine / RIA Novosti

Le premier objectif des nouveaux arrivants, après leur installation, c’est l’obtention de l’accréditation et de l’uniforme. Crédit : Mikhaïl Mokrouchine / RIA Novosti

Nina Orlova est le pseudonyme d’une des volontaires russes des Jeux Olympiques à Sotchi, qui, dans l’anonymat, animera un blog exclusif pour La Russie d’Aujourd’hui. Vous pourrez suivre les Jeux Olympiques de l’intérieur et connaître le quotidien de ses participants en première ligne.

Beaucoup racontent qu’ils se sont retrouvés à Sotchi par hasard, par la volonté du destin. Mon histoire commence de la même façon. Les Jeux Olympiques ont toujours été pour moi quelque chose de grandiose, et tous les deux ans, soit en été, soit en hiver, je reste collée à l’écran de la télévision pendant plus de deux semaines. En même temps, les Jeux Olympiques semblaient être un événement complètement inaccessible, c’est pour cela qu’en envoyant une demande pour me porter volontaire, je ne m’attendais pas à grand chose.

Cependant, la première étape de sélection passée, elle a été suivie par des tests de langues, des tests d’aptitudes mentales, des innombrables tests sans fin, des formations à temps plein, des conférences éducatives sur Internet... Et, enfin, la lettre tant attendue arriva, dans laquelle Sotchi me disait « oui ». Il ne restait plus qu’à faire ses valises et se mettre en route.

Assise dans le fauteuil de l’avion je me suis surprise à penser que c’est seulement maintenant, lorsque les premiers contours des montagnes apparaîtront bientôt dans le hublot, que je pourrais réaliser tout ce qui m’arrive. Les Jeux Olympiques sont sans doutes un des rares événements à réunir véritablement tous les peuples du monde. Et moi, je ferais partie de ce grand événement. Je m’envie moi-même.

Par les hublots, on peut apercevoir les sommets des montagnes enneigées et au-dessous de l’autre aile de l’avion, s’étend une mer bleu azur – une image digne de cartes postales avec les photos officielles de Sotchi 2014. Ce paysage accueille tous les arrivants à l’aéroport de la ville des Jeux Olympiques. Un doux soleil chaud, des visages amicaux, un motif lumineux des symboles olympiques si bien connus, un bourdonnement joyeux tout autour – on comprend de suite qu’on se trouve au cœur de l’événement.

Dans le village des volontaires au bord de la mer la vie bât son plein et il me semble qu’ici le mouvement ne s’arrête jamais. C’est une véritable ville qui se propage tel un lierre le long de la côte à l’est du Parc Olympique vers la frontière de l’Abkhazie.

Des groupes bruyants de jeunes gens en uniforme plein de couleurs passent comme un éclair devant les yeux. On peut apercevoir aux balcons des chalets, les drapeaux de différents pays, tels que le drapeau allemand, britannique, français. Ce sont les appartements où sont installés les volontaires venus de l’étranger. Des discussions en différentes langues retentissent de tous les côtés. Des tableaux d’affichage sont accrochés dans les halls d’entrée d’immeubles, parsemés de feuillets de toutes les couleurs qui servent à chercher des compagnons pour des jeux de société, proposer des réunions, chercher des personnes avec les centres d’intérêt commun ou, tout simplement, à partager sa bonne humeur grâce aux joyeuses photos d’équipe de travail ou pendant les heures de loisirs.

Les bus partent constamment afin de transporter les bruyantes foules des volontaires aux quatre coins du cluster côtier. Certains se dépêchent de rentrer après leur session de travail en discutant les dernières nouvelles et en échangeant leurs émotions avec leurs nouveaux amis; d’autres, au contraire, commencent leur travail et certains vont faire pour la première fois la connaissance du Parc Olympique et de ses environs.

Le premier objectif des nouveaux arrivants, après leur installation, c’est l’obtention de l’accréditation et de l’uniforme. Il faut prendre son mal en patience, rester indifférent face aux files d’attente interminables qui sont traditionnelles dans notre pays, garder son calme et sa bienveillance et ce procédé ne sera plus qu’un mauvais souvenir. A venir – un nouveau jour, une nouvelle chance de voir le Parc Olympique avec des yeux différents pour apprécier dignement sa beauté et pas passer d’une file d’attente à l’autre, des nouvelles rencontres et émotions. A venir – les Jeux Olympiques. 

 

Réagissez à cet article en tweetant @larussie #Sotchi2014


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.