Ce que nous réserve la culture russe en 2013

"Giselle", Leonid Sarafanov (Albrecht), Olesya Novikova (Giselle). Crédit : Lelli e Masotti

"Giselle", Leonid Sarafanov (Albrecht), Olesya Novikova (Giselle). Crédit : Lelli e Masotti

En 2013, un génie de la toile sortira en salles son dernier film, la scène du Bolchoï accueillera de nouveaux spectacles en avant-première, et Kazan et la mer Noire recevront des festivals de musique. Les meilleures troupes théâtrales du pays se produiront à Moscou, et les festivaliers et tous les spectateurs des événements culturels pourront se rendre en Russie sans visa. Cette année également, le théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg inaugurera une nouvelle scène, et pour la première fois, un film sur la bataille de Stalingrad sera tourné au format IMAX.

    Il est difficile d’être un Dieu, un film d’Alekseï Guerman

      Alekseï Guerman, l’auteur de La Vérification, un film brillant, et de l’obscur Khroustaliov, ma voiture !, travaille depuis deux décennies sur Il est difficile d’être un Dieu, adaptation cinématographique de l’œuvre éponyme des frères Strougatski, auteurs fantastiques soviétiques cultes. C’est l’histoire d’un terrien, un observateur scientifique, catapulté dans une société féodale sur une autre planète et qui perd peu à peu sa capacité à rester neutre et son visage humain. Guerman avait promis de sortir le film en 2012, mais il semble qu’il traîne encore et continue son montage son. Certains critiques de cinéma triés sur le volet ont visionné le prémontage du film, des images ont été diffusées sur différents sites et, apparemment, il s’agit du film sur le Moyen-Âge le plus sombre, le plus sanglant et obscurantiste de l’histoire du cinéma.

        Stalingrad, un film de Fedor Bondartchouk

          Fedor Bondartchouk, fils de Sergueï Bondartchouk, célèbre réalisateur du film Guerre et paix, déjà expérimenté et auréolé de succès, présentera son nouveau film sur les écrans en 2013. Stalingrad nous plonge dans une histoire d’amour au cours de la plus terrible bataille de l’histoire de l’humanité. Le budget du film, 30 millions de dollars, est considérable pour la Russie. Il est tourné directement en 2D, 3D et format IMAX. L’œuvre de Bondartchouk est assez inégale, mais on pourrait voir le film le plus dur et terrible sur l’un des épisodes les plus monstrueux et glorieux de la Seconde Guerre mondiale.

            Le jubilé Rachmaninov

              Les 1er et 2 avril, la salle de concert Tchaïkovski à Moscou fêtera le 140ème anniversaire de Sergueï Rachmaninov, le compositeur russe le plus joué après Tchaïkovski. Durant deux jours, le pianiste Denis Matsouïev et l’orchestre d’Etat Svetlanov exécuteront tous les concerts pour piano de Rachmaninov. C’est Leonard Slatkin, le célèbre chef d’orchestre américain, qui officiera durant ces deux jours.

                Le festival de Pâques

                  Tous les ans, Moscou accueille le festival de Pâques, lors de la Pâque orthodoxe, fin avril. C’est le premier chef d’orchestre du théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg qui l’a organisé et c’est dorénavant le principal événement de la capitale dans le domaine de la musique classique. Le programme du festival n’a pas encore été révélé mais on peut d’ores et déjà être sûr que la partie symphonique principale sera grandiose. Traditionnellement, le festival comprend des chœurs, une partie pour les enfants et « la semaine du carillon », le seul festival de carillonneurs jouant selon la tradition russe dans les clochers des églises. Pendant le festival, il est facile d’écouter ces incroyables mélodies en déambulant dans les rues de la capitale : les carillonneurs jouent les uns après les autres et le son des cloches monte de toutes parts.

                    Le théâtre Mariinsky inaugure une nouvelle scène

                      Une nouvelle scène sera inaugurée en mai prochain dans le plus grand théâtre de Saint-Pétersbourg. Dès cet automne, les plus énormes et complexes des productions, ainsi que les grands opéras de Wagner, y seront joués. La construction était prévue de longue date et de grands noms de l’architecture avaient participé au concours. Le directeur artistique du théâtre avait activement porté le projet d’Eric Moss qui ne plaisait pas du tout à la population de Saint-Pétersbourg qui ne voulait pas d’un immeuble moderne dans le centre de la ville musée. C’est le projet de Dominique Perreault qui avait été choisi en 2003, avant d’être rejeté par la suite car il ne prévoyait pas d’approvisionnement en eau, de ventilation et les canalisations. Le nouveau concours, en 2009, a été remporté par l’agence canadienne Diamond Schmitt Architects. Vladimir Medinski, ministre russe de la culture est entièrement satisfait du bâtiment. « Ce sera le meilleur bâtiment de théâtre du monde ! », a-t-il publié sur son compte Twitter.

                        Nashestvie, Kubana, Sotvorenie Mira et le Pique-nique Afisha

                          Tout l’été, les festivals de rock en plein air se succèdent en Russie. Cette année, Sotvorenie Mira (La Création de la paix), un festival de world music grandiose, sera de retour à Kazan, après un séjour à Perm, pendant que Kazan accueillera les Universades, un évènement sportif international destiné aux étudiants. Le festival Kubana, sur les rives de la mer Noire organisé par groupe Guano Apes, est le plus extrême des grands festivals russes dans la région de Krasnodar, dont le deuxième nom, Kuban, n’a absolument aucun lien avec Cuba. Il se déroule dans un lieu plutôt difficile d’accès mais pittoresque.

                          Nashestvie aura de nouveau lieu sur les rives de la Volga à Zavidovo, dans l’oblast de Tver. On pourra y voir avant tout des groupes de rock russes. C’est le premier des grands festivals en plein air organisé sur plusieurs jours en Russie. Le 13 juillet, le parc Kolomenskoe accueillera le pique-nique Afisha, organisé par le magasine éponyme. Des groupes pop ont l’habitude de s’y retrouver. Cette année, c’est le groupe britannique Blur qui sera la tête d’affiche. La particularité de ce festival, c’est qu’on n’y boit pas d’alcool du tout, pas même de la bière.

                            La Fiancée du Tsar, au Bolchoï

                              Le Bolchoï va rejouer le spectacle La Fiancée du tsar de Rimski-Korsakov, reproduisant la mise en scène des années 1960. A cette époque, alors que les metteurs en scène aiment l’opéra et mettent en scène des spectacles modernes, suscitant parfois le mécontentement chez le public conservateur, le théâtre va à la rencontre des admirateurs fidèles et renouvelle les représentations archaïques dans des costumes fastueux, une scénographie traditionnelle, dans le style grand opéra dans sa meilleure représentation. C’est l’Israélienne Ioulia Pevzner, qui a ressuscité ces spectacles aux Etats-Unis et en Europe, qui met en scène le spectacle, et le chef d’orchestre du Bolchoï, Vassili Sinaïski, qui dirige l’orchestre.

                              Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

                              Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

                              Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

                              Accepter les cookies