MacFarlane : la régulation du brassage en Russie, l'exemple du pire

En Russie 20% de la production de bière se fait en région dans de petites brasseries. Crédit : PhotoXPress

En Russie 20% de la production de bière se fait en région dans de petites brasseries. Crédit : PhotoXPress

SUN InBev est la branche russe de l’entreprise mondiale de brassage Anheuser-Busch-InBev. L’entreprise propose différentes sortes de bières locales en Russie et quelques grandes marques internationales comme BUD, Brahma et Stella Artois.

Certains experts annoncent une stagnation du marché russe de vente de bière, liée aux mesures sévères de régulation du domaine. Qu’en pensez-vous ?

Stuart MacFarlane : Partout dans le monde, il existe différentes formes de régulations pour la bière et les alcools, appelées à réduire la consommation d’alcool fort, déplaçant l’accent sur les boissons à faible teneur en alcool. En particulier, cela signifie que le droit d’accise sur les alcools forts est habituellement trois à sept fois plus important que sur les bières ou le vin naturel. En Russie, la situation est différente. Ces dernières années, les conditions pour développer l’activité de brassage ont connu des changements majeurs, ce qui implique une nouvelle pression sur le domaine et empêche son développement. De 2009 à 2012, le droit d’accise sur la bière a été multiplié par 4. Suite à la loi sur les limites et les interdictions, la réglementation de cette branche en Russie est l’une des plus sévères au monde en ce moment. Le renforcement de la charge fiscale et administrative a conduit à une réduction de la production.

Pouvez-vous estimer l’effet de l’interdiction de la publicité sur le marché russe de la bière ?

S. McF.: Pour évaluer adéquatement une mesure, il faut d’abord poser une question : à quels problèmes doit-elle répondre ? Nous avons à plusieurs reprises indiqué que l’expérience mondiale montrait l’inefficacité des interdictions sur la publicité et que cela ne réduisait pas la consommation. Les interdictions de publicité sur la bière font partie des mesures les moins efficaces de lutte contre la consommation d’alcool chez les jeunes. La publicité peut tout au plus influencer le choix d’une marque ou d’une autre, c’est tout. Pour nous, il est évident que l’une des mesures les plus efficaces pour réduire la consommation d’alcool réside dans l’éducation de la population, qui doit s’exercer à tous les niveaux, en commençant par l’école.

Des spécialistes estiment que l’introduction de licences pour les brasseurs n’est qu’une question de temps, qu’en pensez-vous ?

S. McF.: Nous pensons que c’est une mesure inutile. Nous n’avons aucune raison de douter des compétences professionnelles du Service fiscal fédéral pour le contrôle de la discipline fiscale des brasseurs, mais d’après nous, il est insensé d’introduire de nouvelles barrières administratives qui vont nourrir la corruption et imposer des coûts supplémentaires. Et les brasseurs paient honnêtement leurs impôts, à quoi bon les charger davantage ? En outre, cette nouveauté va compliquer la vie des petits producteurs pour lesquels il n’est déjà pas simple de faire face à la complexification du domaine.

Si avant, le marché était de fait complètement partagé entre des acteurs étrangers travaillant en Russie, aujourd’hui, d’après les experts, la situation a évolué : 20% du marché appartiennent en majorité à de petits acteurs. Avez-vous noté une augmentation des parts de marché en région, pour les petites et moyennes entreprises ?

S. McF.: Oui, à la différence de pays où le marché de la bière est bien mieux consolidé (Par exemple les Etats-Unis, le Canada, la Belgique, la Grande-Bretagne, le Brésil), on observe une situation particulière en Russie. 20% de la production de bière se fait en région dans de petites brasseries. Je pense que c’est une bonne tendance. Cependant, je le répète, le déclin général du secteur affectera aussi les petits producteurs moins bien dotés pour lutter dans ce contexte négatif. Je peux supposer qu’en 2013, nous observerons la tendance inverse : la fermeture de petites brasseries.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.