L'autoroute Moscou – Saint-Pétersbourg paralysée par les chutes de neige

En raison de fortes accumulations de neige et de glace, et de l'absence de système d'approvisionnement en liquide de dégivrage, dans la nuit du 30 novembre, plusieurs camions n'ont pas été en mesure de franchir un tronçon abrupt de l'autoroute M10.

En raison de fortes accumulations de neige et de glace, et de l'absence de système d'approvisionnement en liquide de dégivrage, dans la nuit du 30 novembre, plusieurs camions n'ont pas été en mesure de franchir un tronçon abrupt de l'autoroute M10.

Le week-end dernier, un quart de la route reliant Moscou à Saint-Pétersbourg a été paralysé par un bouchon formé à la suite de fortes chutes de neige, équivalant à 100% de la norme mensuelle. Les services publics, malgré les prévisions météorologiques, n'étaient pas préparés. Certains conducteurs sont restés bloqués pendant trois jours dans l'embouteillage.

Dimanche matin, le ministère des Situations d'urgence a indiqué que le trafic sur l'autoroute s'était stabilisé, mais des témoins oculaires affirment le contraire.

« Nous sommes bloqués, tout comme vendredi à 2h30 du matin. Pas de véhicules des services de déneigement, tous mentent, ils disent qu'ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient, mais nous sommes toujours coincés », a déclaré un conducteur cité dimanche par le Service russe d'information.

Le bouchon a commencé à se former vendredi. En raison de fortes accumulations de neige et de glace, et de l'absence de système d'approvisionnement en liquide de dégivrage, dans la nuit du 30 novembre, plusieurs camions n'ont pas été en mesure de franchir un tronçon abrupt de la M10. En conséquence, deux camions ont bloqué la route à deux voies, rapporte RIA Novosti.

La situation a été aggravée par le fait que la ville de Tver, située immédiatement après la région de Moscou, à la sortie de l'autoroute M10, a été encerclée par la neige. Vendredi, les camions de gros tonnage, dont certains utilisaient Tver comme voie de contournement, se sont vus interdire l'entrée de la ville afin de permettre le nettoyage de la voirie urbaine par les services publics.

Pour cette raison, le trafic sur la M10 s'est encore ralenti.

Dimanche, le ministre des Transports Maxim Sokolov a exigé d'éliminer le ralentissement sur la route avant le début de la semaine, ce que le ministère russe des Situations d'urgence (MSU) a annoncé avoir fait lundi matin. Dans la journée, RIA Novosti a transmis les messages de conducteurs se trouvant sur l'autoroute M10 :

« La voie de contournement de Tver est fermée et nous sommes bloqués… Cela fait quatre heures que nous sommes sur place. Nous avons appelé le MSU, ils nous ont dit qu'un camion était tombé en panne quelque part, et qu'ils ne parviennent pas à l'évacuer. Je ne sais pas ce qui se passe en réalité, mais je parle par radio avec d'autres conducteurs, tous sont à l'arrêt, soit sur environ 40 kilomètres », a déclaré par téléphone à RIA Novosti le conducteur Alexandre Tolstoï.

Au total, environ 4 000 poids-lourds ont été bloqués sur la route dans la région de Tver, selon Lenta.ru. La maison d'édition Kommersant a rapporté que ses abonnés n'ont pas pu recevoir les derniers numéros des hebdomadaires Kommersant-Dengi et Kommersant Vlast : le camion transportant ces publications a été coincé dans le trafic.

La témoin Lioubov Solnechnaya, partie avec sa famille de Moscou pour Saint-Pétersbourg, a annoncé à RIA Novosti lundi après-midi être immobilisée dans un embouteillage à la sortie de Tver.

« Nous avons passé Tver, sans atteindre Torjok, nous sommes coincés depuis deux heures dans un bouchon. Nous avons demandé de l'information, on nous a répondu qu'on avançait partout à 50-60 km par heure, nous étions partis avec notre enfant, nous roulions. Et tout à coup nous nous sommes retrouvés à l'arrêt. Si seulement quelqu'un pouvait nous dire quelque chose. Si nous avions su, nous ne serions pas partis », a déclaré l'interlocutrice de l'agence.

Le ministre russe des Situations d'urgence Vladimir Pouchkov s'est empressé de venir en aide aux conducteurs bloqués sur la route : il s'est rendu en hélicoptère dans les régions de Leningrad, de Novgorod et de Tver afin de suivre l'avancement de la liquidation des conséquences des chutes de neige, et de vérifier « si l'on adopte toutes les mesures nécessaires et si les personnes reçoivent tout ce qu'il faut sur les tronçons sinistrés. En particulier, si les points de chauffage et l'approvisionnement en repas chauds sur les routes fonctionnent ».

Les personnes prises dans les bouchons déplorent que l'aide soit organisée de façon calamiteuse, indique Kommersant. « En fait, les fonctionnaires mentent, a déclaré à Kommersant le chef du Syndicat interrégional des chauffeurs professionnels, Alexander Kotov. On ne fournit ni carburant, ni beignets, ni repas sur la route. On est bloqués, comme il y a trois jours ». Les cafés situés en bord de route ont multiplié leurs prix par trois. Beaucoup de conducteurs ont perdu toute liaison avec la famille et les amis, leurs téléphones mobiles étant déchargés.

Des volontaires de Tver ont cherché à fournir une aide dans cette situation tendue. Grâce aux réseaux sociaux, ils ont organisé plusieurs points de collecte de nourriture, de biens, et de boissons chaudes. Une aide bénévole a en outre été proposée par les chauffeurs de taxi locaux. La nourriture et les vêtements chauds sont notamment fournis depuis Saint-Pétersbourg, à bord de trains se rendant jusqu'à Tver.

Lundi, le premier ministre Dmitri Medvedev a ordonné d'élaborer des propositions visant à prévenir la répétition d'une situation analogue au bouchon monstre de la M10.

Sources : RIA Novosti, Kommersant, lenta.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.