Invitation au voyage au cœur de l’Eurasie

Les pavillons d’exposition occuperont une surface de 182 hectares, le reste étant réservé aux hôtels, bureaux, restaurants et magasins. Crédit photo : Tatiana Andreeva

Les pavillons d’exposition occuperont une surface de 182 hectares, le reste étant réservé aux hôtels, bureaux, restaurants et magasins. Crédit photo : Tatiana Andreeva

La Russie espère booster la notoriété d'Ekaterinbourg. Mais avant d'y arriver, il faudra affronter des rivaux bien plus connus comme Dubaï, Izmir et Sao Paulo.

Lors de la présentation officielle du projet, la délégation russe était menée par le vice-Premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch. « Ekaterinbourg est une ville jeune, a déclaré Dvorkovitch. Elle se développe rapidement et possède un gros potentiel dans les domaines industriel, scientifique et de l’enseignement. Nous sommes convaincus que l’organisation de l’Expo 2020 donnera une nouvelle impulsion à la croissance de la ville, et du pays en général ».

Parmi les concurrents d’Ekaterinbourg, on trouve Izmir (Turquie), Dubaï (EAU) et Sao Paulo (Brésil). Les défenseurs du projet russe estiment que leur pays possède de bonnes chances pour gagner. Il y a encore quelques années, peu d’étrangers avaient entendu parler de Sotchi, ville où se dérouleront les Jeux olympiques d’hiver en 2014. Désormais, le monde entier connaît cette ville.

« Oui, la concurrence sera très rude », a concédé Dvorkovitch aux journalistes après la présentation. « La Turquie présente des avantages évidents, et ce n’est pas la première fois qu’elle propose sa candidature. Et Dubaï dispose d’énormes moyens. Néanmoins, nous présentons également des points forts qui attireront l’attention de la communauté internationale ».

Histoire de l'Expo

L’Exposition universelle a lieu depuis 1851. C’est la plus vaste foire au monde pour présenter les dernières avancées technologiques. Elle apporte toujours une forte impulsion au développement économique régional. La dernière Expo universelle a eu lieu cette année dans la ville sud-coréenne de Yeosu. La prochaine exposition se déroulera en 2015 à Milan. La Russie n'en a jamais organisée. Moscou avait bien déposé une candidature pour 2010, mais elle avait perdu au profit de Shanghai.

En Russie, Ekaterinbourg se trouve juste derrière Moscou et Saint-Pétersbourg dans bien des domaines économiques et sociaux. La ville dispose en outre d’une belle expérience en matière d’accueil de grands événements internationaux.

« Ekaterinbourg a accueilli avec succès des sommets de l'Organisation de coopération de Shanghai et des pays Brics, ainsi qu’une rencontre Russie – Allemagne. De plus, elle héberge chaque année l’exposition des innovations industrielles « Innoprom », visitée cette année par des personnes venant de 50 pays différents », explique Evgueni Kouïvachev, gouverneur de la région de Sverdlovsk, dont Ekaterinbourg est la capitale.

« La ville accueillera des matchs de la Coupe du monde de football en 2018. Les préparatifs ont d’ailleurs déjà débuté. Parallèlement, des infrastructures indispensables à la tenue de l’Expo seront mises en place », promettent les autorités russes. Le coût de leur construction pourrait atteindre des dizaines de milliards de dollars. Mais les budgets des différents niveaux de pouvoir destinés à la préparation de l’Expo à Ekaterinbourg devraient être complétés par des investissements privés.

Un espace a déjà été défini pour le futur parc de l’Expo. Il s’étendrait sur 587 hectares au bord de l’étang Verkh-Issetski, situé au cœur de la ville. Un centre logistique comprenant une gare, une station de métro et un arrêt de bus sera également construit sur la rive droite de l’étang, à 35 minutes en train de l’aéroport.

Les pavillons d’exposition occuperont une surface de 182 hectares, le reste étant réservé aux hôtels, bureaux, restaurants et magasins. L’une des plus grandes fiertés des créateurs du projet sont les boulevards et les parcs, ainsi que la rive du lac, qui embellira le paysage. Selon les architectes du projet, il sera possible de parcourir à pieds le parc de l’Expo en une heure et demie, ou de le traverser en bateau.

Après la fin de l’exposition, toutes les infrastructures et les bâtiments seront adaptés aux besoins de la ville : les hôtels seront transformés en appartements et logements pour les étudiants, et les pavillons en bureaux ainsi qu’en centre d’affaires ou de loisirs. Ces transformations feront ainsi de la zone entourant l’étang Verkh-Issetski un lieu idéal pour se reposer. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.