Les supporters de l'Anzhi payent pour leur soutien à la Palestine

La police a arrêté près de 70 personnes suite au match Anzhi - Udinese. Crédit : RIA Novosti

La police a arrêté près de 70 personnes suite au match Anzhi - Udinese. Crédit : RIA Novosti

La police a arrêté environ 70 personnes jeudi soir après le match Anzhi - Udinese à Moscou. Selon le chef de l'union des fans de l'Anzhi « Division sauvage », Ramazan Gaziyev, les détentions ont été réalisées de façon grossière, leur cause étant selon lui une banderole en faveur de la Palestine accrochée à une tribune.

Après le match de Ligue Europa entre les clubs Anzhi et Udinese, qui a eu lieu jeudi soir au stade Lokomotiv de Moscou, environ 70 supporters du club de Makhatchkala (capitale du Daghestan) ont été arrêtés.

Le chef de l'union des fans de l'Anzhi « Division sauvage », Ramazan Gaziyev, a donné plus d'informations sur les faits. Selon lui, la cause de l'arrestation était une bannière en soutien à la Palestine. « Lors du match, nos supporters se sont joints à la campagne mondiale de soutien au peuple palestinien en affichant, dans le secteur 9 du stade Lokomotiv, une bannière « Free Palestine », a dit M. Gaziyev. Plusieurs personnes ont été arrêtées immédiatement, mais le moment clé s'est tenu après le match.

La police a commencé à interpeller sans distinction les supporteurs qui sortaient du secteur 10, même ceux n'ayant aucun lien avec la bannière. Les policiers arrêtaient en priorité les personnes en vêtements colorés et portant les emblèmes du club Anzhi.

M. Gaziyev a fait remarquer que la police n'avait fait preuve d'aucun ménagement avec les supporteurs. « Les arrestations ont eu lieu de façon très grossière, certains fans ont été passés à tabac par la police », a-t-il assuré. « On a interpellé environ 70 personnes qui ont été acheminées vers trois postes de police voisins. Tous se voient infliger des amendes pour usage d'un langage ordurier ».

A la permanence de « Division sauvage », les supporters ont évoqué toute la nuit avec ardeur le comportement de la police. « C'est tout simplement le chaos en uniforme!, s'indigne un supporteur. A la sortie de tous les secteurs, on cueillait ceux qui portaient le plus d'attributs du club. En général, tous les fans plus ou moins bariolés... Visiblement il est trop rare pour la police de Moscou de rester sans travail lors des matchs, alors on fait du chiffre en remplissant les autobus ! ».

Selon Gaziyev, de nombreux supporteurs vont contester auprès du parquet les actions de la police. Sur son compte Twitter, il encourage à demander l'aide du défenseur des droits de l'homme Chamil Osmanov.

Paru sur le site de gazeta.ru le 23 novembre 2012.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.