Entretien avec réalisateur indépendant Roman Liberov

Le réalisateur indépendant de cinéma non-fictionnel Roman Liberov travaille depuis des années sur un cycle de « films consacrés à des écrivains ». Il a déjà tourné des opus sur Iouri Olecha, Joseph Brodsky, Gueorgui Vladimov et Sergueï Dovlatov.

Actuellement, il œuvre activement afin de rassembler des fonds pour un nouveau film sur Ilya Ilf et Evgeny Petrov, peut-être le tandem d'écrivains en langue russe le plus connu. L'œuvre en deux parties consacrée au à l'escroc Ostap Bender « Les douze chaises » et « Le Veau d'Or » perdent de leur actualité aujourd'hui, parce que, comme l'indique le réalisateur en plaisantant, là-bas comme aujourd'hui tout tourne autour de l'argent.

Tourner un film sur un écrivain n'est pas la chose la plus demandée ni la plus rentable. Les premiers films ont été réalisés avec le soutien de la chaîne culturelle russe Koultoura, mais Roman a collecté lui-même l'argent pour les films suivants. En plus du soutien de sponsors, Roman a testé le nouveau procédé de production communautaire. Ce procédé fonctionne-t-il en Russie? Pourquoi faut-il compter sur soi-même et ne rien demander? Telles sont deux questions auxquelles le réalisateur répond en personne.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.