Les banques russes tentées par la biométrie

À titre expérimental, la nouvelle technologie sera d'abord utilisée dans les centres clientèle. Crédit : Kommersant

À titre expérimental, la nouvelle technologie sera d'abord utilisée dans les centres clientèle. Crédit : Kommersant

La filiale de l'une des plus grandes banques de Russie se lance en mode de test dans la reconnaissance de ses clients grâce aux données biométriques: des scanners appropriés seront installés sur les distributeurs automatiques de billets. Les experts approuvent l'initiative, mais notent que le coût de l'équipement des terminaux pourrait réduire à néant les avantages liés à l'introduction de cette nouvelle technologie.

Les distributeurs automatiques de billets de Russie commenceront prochainement à donner de l'argent grâce aux empreintes digitales. Leto-Bank, une filiale de VTB, compte acquérir de tels appareils. Les distributeurs automatiques de billets à lecteurs biométriques permettent de retirer de l'argent sans carte de crédit, rien qu'en appliquant son doigt sur un scanner. À titre expérimental, la nouvelle technologie sera d'abord utilisée dans les centres clientèle, a déclaré un membre du conseil d'administration de Leto-Bank, Pavel Gourine.

« Nous allons proposer à nos clients de laisser leurs empreintes digitales lors du dépôt de demandes. Une option d'identification sera la prise des empreintes digitales, si le client est d'accord. Cela permet non seulement de réduire les risques pour les banques, mais aussi de protéger les clients eux-mêmes à l'avenir ».

« En particulier, cela permettra par la suite d'étendre cette technologie aux dispositifs en libre-service. Si un client se présente et n'a pas de passeport, mais que nous pouvons l'identifier comme étant notre client grâce à la biométrie, pourquoi ne pas le faire? C'est pour cela que tout est pensé. Il faut réfléchir à tous les aspects, notamment à la cherté du processus pour les clients, car c'est eux qui le prendront en charge », explique M. Gourine.

Toutefois, le directeur exécutif de Peak Systems Maxim Emm estime que l'avantage lié au nouveau système de distribution de liquide n'est pas évident. « Le problème, c'est que ces DAB sont un peu plus chers que les distributeurs classiques, et que les clients ne se voient demander leurs empreintes digitales que sur ces distributeurs. Cela signifie qu'il doit s'agir uniquement de clients de Leto-Bank et de DAB de cet établissement. Il est peu probable qu'ils courent afin de chercher un distributeur automatique de Leto-Bank pour utiliser leurs empruntes ».

« Il serait très bien que toutes les banques s'entendent pour utiliser une telle identification. À ce jour, il est plus important de tester la façon dont les gens vont l'utiliser et le degré de confiance des clients envers ce système. Il convient de déterminer si la diminution des risques couvrira la hausse des coûts et si on verra réellement à diminuer le nombre de fraudes ou de vols d'argent », indique M. Emm.

Contexte

L'identification biométrique est introduite dans les banques en Suisse, en Allemagne, en France, en Turquie et au Nigeria. En Inde, certains établissements déterminent l'identité du client par empreinte digitale, et au Brésil grâce à la configuration des veines sur les poignets. La banque polonaise BPS SA a été la première d'Europe à introduire la technologie de reconnaissance des détenteurs de cartes au moyen des veines du doigt. Cette technologie est devenue populaire après le séisme de 2011 au Japon, car en cas de catastrophe, de nombreux citoyens perdent leurs documents et leurs cartes bancaires.


En Russie, une expérience d'introduction des données biométriques dans le secteur bancaire est menée par Sberbank. Les porteurs des cartes sociales délivrées par l'établissement peuvent payer les biens et services en scannant leurs empreintes digitales.

Paru sur le site de Kommersant le 16 novembre 2012.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.