Les Moscovites en font leur Pain Quotidien

Crédit photo : Tatiana Chramtchenko

Crédit photo : Tatiana Chramtchenko

À Moscou, qui ne souhaite commencer sa journée par un petit déjeuner gourmand comme en Belgique ? Nous avons profité de la matinée pour déguster les spécialités du Pain Quotidien.

Situé sur la rue piétonne du Stary Arbat, en plein coeur de Moscou, entre un magasin de téléphonie et un antiquaire, ce café apporte un véritable bol d’air frais, avec son air de maison de campagne. En entrant, on remarque d’emblée la prédominance des matières simples et naturelles : parquet, tables et chaises en bois, tapisserie au mur, un long comptoir avec des tabourets disposé le long de la grande fenêtre. Près de la vitrine aux pâtisseries alléchantes, un gigantesque buffet en bois avec d’innombrables bocaux remplis de gourmandises.

Lors de la création de sa chaîne de boulangerie en 1990, le chef cuisinier belge Alain Coumont a puisé son inspiration dans le style campagnard. Et il a touché juste, en Russie la tradition des « datchas » et des week-ends à la campagne reste très ancrée.

Aujourd’hui, c’est avec plaisir que les Moscovites viennent passer un moment de détente au Pain Quotidien, où il sont reçus chaleureusement avec une corbeille de viennoiseries et de petits pains fleurant bon l’hospitalité campagnarde.

Peu de visiteurs ce samedi matin. Autour d’une grande table ovale, de jeunes gourmandes (au milieu de la table, trois impressionnants bocaux de confiture sont à l’honneur) papotent de leur programme du week-end. 

La grande table commune est l’incontournable élément de chaque café de la chaîne. Elle sert non seulement à installer les joyeuses bandes d’amis mais aussi à réunir des gens qui ne se connaissent pas autour d’une tasse de café et d’une conversation désinvolte, pour commencer la journée du bon pied. 

Dans un coin, un couple âgé de touristes allemands savourent leur chocolat chaud dans des bols tout en discutant des monuments à visiter. Le Pain Quotidien est l’un de ces endroits où il y a autant de visiteurs russes que de touristes.

En images :

Cliquer sur l'image pour l'agrandir. Crédit photo : Tatiana Chramtchenko 

« Moi je prendrai des oeufs et du poisson, comme d’habitude », lance un homme d’une cinquantaine d’années depuis le seuil de la porte. « Pour moi aussi ce sera comme toujours deux oeufs et du saumon, une corbeille de petits pains français, du café et du lait à part ! Merci ! » ajoute la dame qui l’accompagne. 

Selon la responsable du café, Nadia, 27 ans, beaucoup de clients sont des habitués qui ont leurs plats de prédilection. Apparemment, la bonne vieille tradition européenne des cafés « du coin », où l’on peut manger un bout pas loin de chez soi semble s’installer dans la capitale russe.

« Nos clients prennent avant tout des croissants et du pain, raconteNadia. Pour le petit déjeuner, ils commandent en général une omelette ». En plus des plats traditionnels français, le café propose également des petits-déjeuners typiquement russes : de la kacha d’avoine avec du miel ou les syrniki (galettes de fromage blanc) accompagnés de yaourt et de fruits.

Les grands dormeurs peuvent commencer leur journée du week-end plus tard par le déjeuner avec un somptueux velouté préparé par les chefs français et belges. Ce potage n’est pas chose courante pour les Russes mais ils commencent sérieusement à y prendre goût. 

Il se mange lentement pour déguster chaque cuillérée, en l’accompagnant de bon pain frais. Il n’est pas rare que ce genre de « déjeuner » se prolonge jusqu’à 15-16 heures de l’après-midi. Et pourquoi ne pas se le permettre ? Aujourd’hui, c’est jour de repos !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.