Huile de tournesol : la Russie bat un nouveau record d’exportation

Les principaux marchés pour l'huile russe sont les Etats de la CEI, le Moyen-Orient et certains pays européens. Crédit : PhotoXPress

Les principaux marchés pour l'huile russe sont les Etats de la CEI, le Moyen-Orient et certains pays européens. Crédit : PhotoXPress

La Russie a renouvelé son record d'exportation d’huile végétale, avec 42 millions de tonnes livrées à l’étranger en un an. Toutefois, la seule hausse de la production ne suffira pas à renforcer les positions russes sur le marché international : il faut aussi investir dans le marketing.

La récolte exceptionnelle de tournesol de l'an dernier a permis aux producteurs russes d'augmenter la production d’huile végétale d'un tiers et d’établir un nouveau record en termes de volumes exportés. Comme l’a expliqué à RBC Daily le directeur exécutif du centre d'analyse Sovecon, Andreï Sizov Jr., la Russie a réalisé en 2011 une récolte record de tournesol (9,7 millions de tonnes), de colza (1,1 million de tonnes) et de soja (1,8 million de tonnes). Par conséquent, les usines russes d'extraction d'huile ont produit pendant la dernière saison (achevée le 30 septembre 2012) 4,2 millions de tonnes d'huiles végétales, soit 1 million de tonne de plus que le précédent record établi en 2008/09.

Bien que la production totale de graines oléagineuses ait diminué cette année par rapport à l'année dernière, elle devrait rester la deuxième de l'histoire. D'après Sovecon, environ 7,6 millions de tonnes de tournesol seront récoltées cette année. Dans ce contexte, les raffineries pourront réduire les prix d'achat. Par exemple, de fin septembre à mi-octobre, le prix des graines de tournesol a reculé de 10%, à 16 900 roubles (422 EUR) par tonne. L'huile végétale a également perdu environ 12%, mais sur une plus longue période, de fin août à mi-octobre.

Ce potentiel de baisse n'est pas entièrement épuisé, estime M. Sizov. Un autre facteur négatif pour le marché russe est la baisse des prix mondiaux des produits du secteur oléagineux.

Etant donné que la demande nationale d'huile est proche de la stagnation, les entreprises nationales se sont activées sur le marché mondial, a déclaré M. Sizov. En conséquence, 1,8 million de tonnes d'huile ont été exportées au cours de la dernière saison contre un ancien record de 1,1 million de tonnes, établi il y a trois ans.

Selon l'expert, les livraisons sur le marché mondial pourraient diminuer durant la nouvelle saison en raison de la baisse de la récolte d'oléagineux. Mais à l'avenir, il est très probable que l'on enregistre de nouveaux records d'exportation, en dépit de la détérioration progressive des conditions pour les producteurs d'huile liées à l'adhésion de la Russie à l'OMC.

D’après un négociateur, les principaux marchés pour l'huile russe sont les Etats de la CEI, le Moyen-Orient et certains pays européens. Les exportations d'huile végétale en bouteille en provenance de Russie vont augmenter, quoique cela nécessite un effort dans le domaine du marketing et des investissements importants.

La Russie pourrait également élargir la gamme de produits avec de nouveaux types d'huiles, tels que le lin ou la cameline. Mais afin d'augmenter la production d'huile, il faudra accroître la production de ces cultures. A ces fins, un travail de sélection sérieux est indispensable, selon les raffineurs.

Article original disponible sur le site de RBC-Daily. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.