Aidez Moscou à changer son image

Selon les organisateurs du concours, beaucoup d’images, de préjugés et d’impressions liés à la ville, mais aussi aux Moscovites, sont négatifs. Crédit : Ruslan Krivobok/RIA Novosti

Selon les organisateurs du concours, beaucoup d’images, de préjugés et d’impressions liés à la ville, mais aussi aux Moscovites, sont négatifs. Crédit : Ruslan Krivobok/RIA Novosti

Vous ne serez probablement jamais maire de Moscou, ni l’architecte en chef de la ville. Mais sachez que vous pouvez toujours laisser votre empreinte sur la ville en participant au concours lancé par le gouvernement pour trouver un logo et un slogan à la ville.

Le département chargé des médias de masse et de la publicité a mis en place un concours en ligne afin de développer l’image de Moscou, et ainsi attirer les touristes et les investisseurs. Cette compétition est accompagnée d’un appel d’offre auprès de professionnels en marketing pour un budget de 7,5 millions de roubles (environ 185 000 euros).

« Aujourd’hui, Moscou n’évoque pas que des éléments positifs. Beaucoup d’images, de préjugés et d’impressions liés à la ville, mais aussi aux Moscovites, sont négatifs », explique la note du concours public. « Il faut donc concentrer notre attention sur les changements en cours, partager les émotions positives qui y sont liées et répandre les impressions sur Moscou ».

Selon la description du concours, le but est de décrire Moscou comme un lieu de vie agréable, un centre économique mondial, une destination touristique de premier plan et une ville où les habitants sont « bien élevés » et « charmants ».

Le concours, qui se tiendra jusqu’au 20 novembre, est divisé en trois parties : idées et conceptualisation, logo et slogan. Les propositions retenues seront sélectionnées sur la base de leur originalité, leur capacité à s’adapter à d’autres langues et leur attrait à la fois pour les Russes et les étrangers.

La contribution de la population doit servir d’inspiration pour l’agence qui gagnera l’appel d’offre, mais les professionnels doutent de l’utilité de ces propositions.

Vassili Dubeïkovski, responsable chez CityBranding, a critiqué le choix des organisateurs de solliciter l’aide de la population sans définir de cadre global au préalable.

« Le logo n’est qu’une partie de la « marque » », indique-t-il. « Aucune idée centrale n’a été déterminée afin de guider les gens. Ce travail ne sera donc, en grande partie, pas utilisé ».

Les professionnels condamnent également le manque d’implication de la ville. Alors que Samara a donné la somme de 300 000 roubles aux vainqueurs de son concours, Moscou ne promet qu’un diplôme signé par le chef du département, ainsi qu’une invitation à une cérémonie de remise de prix.

« Non seulement aucune récompense n’est prévue pour les gagnants, mais en plus ils devront abandonner les droits sur leurs idées », ajoute Dubeïkovski.

Lire l'article original sur le site de The Moscow Times.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.