Les sports de riches se démocratisent

  Le golf est considéré comme élitiste à cause de clubs fermés, dont l’affiliation en Russie coûte 75 mille euros et chaque partie environ 200 euros. Crédit : Sergueï Kuznetsov/RIA Novost

Le golf est considéré comme élitiste à cause de clubs fermés, dont l’affiliation en Russie coûte 75 mille euros et chaque partie environ 200 euros. Crédit : Sergueï Kuznetsov/RIA Novost

À Moscou, les activités sportives considérées comme plutôt élitistes et inaccessibles se multiplient. Le journal Moskovskie Novosti a enquêté pour savoir combien cela coûte d’entrer dans la peau d’un pilote professionnel sur le seul circuit russe du top, s’il est cher de se retrouver avec un club dans les mains sur un parcours de golf ou comment participer à une régate sur la Méditerranée.

Sport automobile Sport automobile


Je me suis sentie mal au premier virage, juste après que nous soyons passés à quelques centimètres d’une voiture roulant devant nous : elle a fait un tête-à-queue sur le circuit trempé, ce qui n’a pas empêché la course de continuer. Au deuxième tour, j’ai dû prendre sur moi pour ne pas demander d’arrêter la voiture et d’en sortir. Au troisième tour, j’ai enfin trouvé le moyen de me détendre : il faut se dire qu’on conduit parfois seul, arrêter d’appuyer sur des pédales imaginaires avant les virages et faire entièrement confiance au destin ainsi qu’au pilote.

 

C’était la première fois que je faisais ce type d’expérience, accessible à tous sans exception. Je n’ai eu d’ailleurs qu’à enfiler un casque et écrire mon « testament », feuille spéciale dans laquelle j’indiquais savoir ce qui m’attendait et étais d’accord d’accompagner mon ami d’université Egor dans la voiture. Et pour participer aux courses, Egor n’a besoin que d’une voiture répondant aux critères simples du règlement et de s’inscrire au site de la compétition RHHCC à laquelle nous participions. Le sport automobile amateur s’est ainsi avéré beaucoup plus accessible que prévu.

 

Et c’est également le cas d’un point de vue économique. Le championnat comprend dix étapes sur différents tracés du pays, de Moscou à Kazan. Pour participer à une des manches, il faut débourser entre entre 75 et 175 euros. L’étape la plus chère se déroule sur le Moscow Raceway, nouveau circuit situé sur la chaussée Volokolamskoe et qui nous a procuré toute cette adrénaline. Chaque course est divisée en quatre manches de quatre tours. Et c’est le meilleur temps réalisé durant tous ces tours qui compte au classement général.

 

Les frais sont donc limités. Et seuls les participants ayant beaucoup de fantaisie et d’ambition dépensent de grosses sommes. Il s’agit généralement de managers de la classe moyenne moscovite qui courent avec les voitures dans lesquelles ils circulent en ville. Egor, par exemple, possède une Skoda Fabia II 1.4T RS avec un moteur quelque peu « amélioré » (400 euros) et des jantes fabriquées sur commande (750 euros chacune). Il dépense encore près de 50 eurous pour ses pneus qu’il change chaque année.

 

Toute notre préparation à la course s’est résumée à venir une heure plus tôt, remplir des documents, enlever les affaires du porte-bagages, retirer les sièges arrières et coller nos numéros avec du ruban adhésif. Et puis il y a ces rituels « street race » qui n’ont aucun impact. On estime néanmoins que ces voitures sont plus difficiles à vendre et à assurer.

 

Dans les paddocks, on trouve aussi des gens qui s’impliquent beaucoup plus sérieusement dans ce sport. Ils ont des voitures spécialement adaptées, aux lignes dures, et ne comprenant que le siège du pilote. Ils peuvent débattre pendant des heures du plan du circuit, en calculant les trajectoires optimales pour aborder les virages et en réfléchissant anxieusement à la façon de gagner encore quelques secondes.

Objectif : remporter des coupes et médailles. Mais après chaque manche, ce qui attire avant tout les « sportifs » comme les « amateurs », c’est l’adrénaline qui les pousse à rouler sur ces circuits.

GolfGolf


Pour effecteur un bon swing (coup lointain en golf), il faut s’entraîner au moins pendant deux mois. Avant cela, votre principale plaisir consistera à frapper dans la balle, d’une façon ou d’une autre, et votre premier lieu d’entraînement sera le practice (petite zone d’entraînement). Mais une fois passés ces deux mois, un autre sport considéré comme élitiste, mais qui est en réalité tout-à-fait accessible, s’offre à vous.

 

Le golf est considéré comme élitiste à cause de clubs fermés, dont l’affiliation en Russie coûte 75 mille euros et chaque partie environ 200 euros. Dans ces cercles, on aime expliquer que « 90% des contrats mondiaux sont conclus sur un green », raconter que les « managers japonais qui n’ont pas les moyens de jouer au golf sortent quand même déjeuner avec des gants pour ensuite passer pour des golfeurs à cause de l’absence de bronzage », et rappeler que la construction d’un club de golf augmente la valeur des biens immobiliers des alentours de près de 20%. Mais mis à part ces élites de la région de Moscou, il existe encore une vingtaine de clubs ouverts. Et selon les estimations de l’Association russe de Golf, apprendre ce sport coûte entre 600 et 1200 euros.

 

Le calcul est simple. Il vous faut un polo (17,5 euros), des bottes spéciales imperméables et adaptées au gazon (62,5 euros), ainsi qu’un ensemble de clubs. Le golfeur doit en posséder 14, et dépense près de 6 250 euros pour s’en procurer. Mais au début, vous pourrez vous en sortir avec du matériel d’occasion coûtant entre 250 et 450 euros. Et si vous voulez immédiatement ressembler à un professionnel, vous pouvez toujours acheter une peluche comme celles qu’on porte au bras. Elle pourra être endossée au club et vous permettra de protéger l’équipement tout en vous servant de porte-bonheur et de spectateur.

 

L’apprentissage (6 cours avec un entraîneur professionnel) vous coûtera 375 euros dans un club ordinaire, et 150 euros en « classe éco ». Il faut encore compter une demi-douzaine de cours seul sur le practice (vous payerez chaque fois 12,5 euros et recevrez un grand panier de balles qu’il faudra envoyer au loin grâce à votre swing). Pour compléter ce processus d’apprentissage, il est nécessaire de passer un test pour évaluer votre handicap (175 euros) : c’est un rang original qui évalue votre niveau et sans lequel on ne vous laissera pas jouer sur un parcours convenable. Enfin, vous devrez également payer 50 euros de frais d’inscription à l’association de golf.

 

Par après, le golf paraît encore plus accessible : la participation à un tournoi coûte 75 euros, une partie un jour de congé avec les amis 62,5 euros, et un ou deux entraînements sur le practice pour conserver la forme en milieu de semaine 12,5 euros chacun. Précision importante : les cours sont gratuits pour les enfants de moins de 18 ans dans presque tous les clubs. Au golf, on n’oublie pas de s’occuper des futurs clients.

VoileVoile


Pour savoir si la voile vous convient, vous pouvez en faire en tant que simple membre d’équipage pour commencer. En Russie, il est presque toujours possible de trouver une équipe de personnes qui se cotisent pour louer un voilier de quelques cabines et vous joindre à eux. Une cabine de deux places coûte environ mille euros pour une semaine, ce qui suffit amplement pour apprendre à connaître le règlement marin interne.

 

Par la suite, tout est assez simple. Si vous n’avez pas eu le mal de mer et décidez de vous y mettre sérieusement, vous aurez besoin d’une licence internationale de skipper et d’opérateur radio. Deux règlements principaux sont utilisés dans le monde entier : le RYA britannique (qui ne possède pas de représentation en Russie, mais qui dispose d’une école russophone en Angleterre) et le IYT américain (avec une trentaine de représentations en Russie). Le programme IYT prévoit soixante heures de cours théoriques divisés en 20 leçons, ce qui vous coûtera environ 750 euros. Encore une semaine de pratique sur la Méditerranée, et vous serez un capitaine, ce qui vous permettra de louer un voilier sans problèmes.


C’est un peu comme louer une voiture. Le prix de la location d’un voilier deux places plutôt récent est de 600 euros par semaine, plus une petite caution pour les petits dégâts et encore 50 euros en moyenne pour les haltes la nuit afin de remplir le réservoir d’eau potable et se brancher à l’électricité. Certains achètent même parfois leur propre voilier (à partir de 75 000 d'euros), mais confient leur gestion à des entreprises charter en se réservant deux semaines durant une période déterminée.

 

Mais vous serez toujours au stade du tourisme. Le vrai sport commence une fois que vous participez à des régates. Il en existe plusieurs adaptées à tous les goûts et portefeuilles, et certaines sont même gratuites. Et comme l’assurent leurs participants, les sensations durant les frégates sont comparables à celles vécues dans les courses automobiles.

 

Version intégrale de l’article sur le site de Moscovskie Novosti.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.