Tennis : le déclin de la Coupe de Moscou

Maria Kirilenko (à droite) lors du match de la coupe du Kremlin 2012 contre Yaroslava Shvedova du Kazakhstan. Crédit : RIA Novosti

Maria Kirilenko (à droite) lors du match de la coupe du Kremlin 2012 contre Yaroslava Shvedova du Kazakhstan. Crédit : RIA Novosti

La coupe du Kremlin n'attire plus personne. Le manque de distractions proposées et le prix excessif des billets réduisent les chances de survie du tournoi.

 À Moscou, le traditionnel tournoi de tennis qu’est la coupe du Kremlin a commencé. Chaque année, le nombre de joueurs diminue, surtout chez les hommes. L’an dernier, l’Ukrainien Alexandre Dolgopopov, 21e au classement mondial, était le meilleur joueur présent. La responsabilité des organisateurs est bien évidemment en cause. Evgeni Kafelnikov, vice-président de la Fédération de tennis russe,  chargé d'attirer les stars du tennis mondial dans le tournoi, a reconnu que le budget qui lui avait été confié était dérisoire aux yeux de stars comme Roger Federer et Rafael Nadal : ceux-ci aspirent à une rémunération bien plus importante.

Les meilleurs joueurs du monde ne viendront donc pas à Moscou. En revanche, les spectateurs auraient pu espérer voir le champion russe Mikhaïl Ioujni sur les courts. Pourtant, ce dernier participera au même moment au tournoi de Stokholm.  Comme l'a expliqué Boris Sobkine, son entraîneur, la question n'est pas seulement financière, Mikhaïl n'aurait même pas été invité au tournoi.

L'absence de Mikhaïl Ioujni constitue un échec important d’un point de vue marketing. La liste des joueurs masculins présents est insipide et porte atteinte à la réputation du tournoi.

En ce qui concerne les femmes, la situation est légèrement plus favorable, même si la meilleure joueuse de Russie, Maria Chaparova, ne jouera pas. En effet, celle-ci se prépare à une autre compétition. Blessées, Svetlana Kousnetsova et Vera Zvonareva ne participeront pas non plus à coupe du Kremlin. Si le tournoi féminin reste plus attirant grâce à la présence de certaines joueuses, l'absence de célébrités chez les hommes reste criante. Il est peu probable que le tournoi moscovite puisse perdurer dans de telles conditions.

Bien que les matchs proposés soient peu excitants, les prix continuent pourtant de grimper. Pour obtenir des places convenables, il faut compter quelques milliers de roubles. Le billet le plus abordable coûte 300 roubles ; ceux qui choisiront d’économiser devront en revanche s'armer de jumelles.

Les distractions proposées aux visiteurs seront bien peu convaincantes et ne pourront pas compenser l'absence d'un jeu de qualité sur les courts.  Le long des corridors vides de l'immense complexe sportif se dressent des tentes où les sponsors proposent leurs services.  Ces derniers se font de plus en plus rares au fil des années, ce qui n’a rien d’étonnant.

Le choix des distractions est pauvre. Les amateurs d'autographes pourront acheter une grande balle de tennis pour la somme de 950 roubles puis essayer de la faire signer par les participants à la compétition. Lundi, il n'y avait pas que des enfants ou des adolescents qui s'étaient lancés à la course aux autographes. En effet, des adultes essayaient également d'en obtenir : que faire d'autre puisqu’il n'y a rien à voir?

En ce qui concerne les repas, là encore, les clients n'en ont pas pour leur argent. Tout d'abord, tout ce qui est proposé est très cher. De plus, il y a très peu de choix.

« Tous les ans, j’assiste à la coupe du Kremlin, j'aime le tennis, j'ai moi-même pratiqué ce sport. Mais depuis quelques années, ce tournoi devient vraiment triste, explique l'un des spectateurs accompagné de son fils de neuf ans. Je suis venu avec mon fils, j'ai acheté deux billets. Nous avons dépensé de l'argent pour rien, il n'y a rien à voir. Je sais que les organisateurs peuvent me répondre que si le tournoi ne me plaît pas, je ne suis pas obligé d'y assister. Mais pourquoi devrais-je renoncer à la coupe de Moscou, dont je suis un habitué? Si les organisateurs n'ont pas assez de moyens pour faire venir les stars du tennis mondial, il faut collaborer avec les sponsors, attirer de nouveaux financements. Si rien ne change, la prochaine fois, je trouverai un autre moyen de passer un agréable moment avec ma famille », conclue Evgeni avant de se rendre au match qui oppose Evgeni Korolev et Richard Mourzaev.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.