La Marine russe aura une frégate furtive

Les officiers navals russes doutent que les superstructures de la nouvelle frégate puissent supporter les conditions climatiques sévères de la mer du Nord. Crédit : RIA Novosti

Les officiers navals russes doutent que les superstructures de la nouvelle frégate puissent supporter les conditions climatiques sévères de la mer du Nord. Crédit : RIA Novosti

Les essais d’Amiral Gorchkov, premier navire de guerre russe construit en fibre de carbone, débuteront dans la mer de Barents fin novembre. Selon une source de l’État-major général de la Marine russe, à l’issue des essais, la frégate sera affectée à la 14e brigade de lutte anti-sous-marine de la flotte russe de la mer du Nord. Les superstructures du navire, qui est le premier bâtiment du projet 22350, sont conçues en composites qui absorbent les ondes radars, ce qui rend la frégate quasiment indétectable.

« Il s’agit du premier grand navire de guerre conçu et construit entièrement en Russie, notamment par le chantier naval du Nord de Saint-Pétersbourg. Les frégates furtives du projet 22350 seront adoptées par la Marine russe pour remplacer les destroyers de lutte anti-sous-marine de classe Udaloy », a rapporté la source de l’État-major général des forces navales.

Le projet a divisé l’opinion. Les officiers navals russes trouvent que la fibre de carbone est trop faible par rapport à l’acier et doutent que les superstructures de la nouvelle frégate puissent supporter les conditions climatiques sévères de la mer du Nord, notamment les vents forts, les températures basses et les tempêtes fréquentes. En outre, au cours du lancement de missiles antinavires et antiaériens, les superstructures s'exposent aux températures extrêmes qui peuvent les endommager.

Les représentants du chantier naval du Nord croient pour sa part que la fibre de carbone est supérieure par rapport à l’acier, en affirmant que les essais des superstructures de la frégate ont montré une haute durabilité et une résistance élevée à la chaleur.

Outre la furtivité, Amiral Gorchkov a également été doté d’un système de propulsion CODOG combinant une turbine à gaz et un moteur diesel. Ce système est économe et puissant. Par ailleurs, la frégate est équipée d’appareils électroniques modernes uniques pour la flotte russe. Ceci constitue à la fois une force et une faiblesse, car la Marine ne dispose pas pour l’instant de spécialistes qualifiés pour ce genre d’équipement. Selon l’État-major des forces navales russes et les officiers de la flotte du Nord, il est impossible de former un équipage pour la frégate sans que les marins suivent une formation intensive sur terre.

À son tour, Vladimir Komoedov, chef du comité de la Douma (chambre basse du parlement russe) chargé de la défense et ex-commandant de la flotte russe de la mer Noire, se prononce plutôt pour l’utilisation de composites.

« J’ai récemment visité une usine fabriquant des tuyères en fibre de carbone pour les fusées. Ce matériau peut résister à des températures élevées et à des charges dynamiques. Alors, si la fibre de carbone rend le navire indétectable, il faut l’utiliser. En plus, l’introduction d’un nouveau bâtiment est de toute façon une bonne nouvelle pour la Marine russe », a déclaré le responsable dans une interview à Izvestia.

Le rédacteur-en-chef de la revue militaire Vzliot, Vladimir Chtcherbakov, estime qu’il est impossible de prévoir si la fibre de carbone sera suffisamment solide pour un combat réel : « Les composites sont aujourd’hui très populaires chez les constructeurs. C'était pareil pour l’aluminium dans les années 1980, et la guerre des Malouines a montré que les navires construits en aluminium prenaient facilement feu. Dès lors, plusieurs marines mondiales ont renoncé à l’aluminium dans la construction des superstructures de navires ».

Pour l’historien militaire Dmitri Boltenkov, c’est un autre problème qui est vraiment important : « Est-ce qu’il faut donner à un navire de quelques 4 500 tonnes le nom de l’amiral Sergueï Gorchkov qui a autant fait pour la Marine russe ? Auparavant c’était le porte-avions de 45 000 tonnes, vendu à l’Inde et connu désormais comme Vikramatditia, qui portait le nom du célèbre amiral. Il serait bon de voir un sous-marin nucléaire du projet Boreï baptisé en son honneur ».

La construction de la frégate furtive a débuté sur le chantier naval du Nord en février 2006. En octobre 2010, le bâtiment a effectué sa première sortie en mer. Le navire est doté d’un canon de 130 mm, de 16 missiles antinavires Onyx, de 16 missiles anti-sous-marins Kalibr-NKE, d’un système AA Polimer-Redout et d’un hélicoptère Ka-27, destiné à lutter contre les sous-marins.

Article original en russe disponible sur le site d'Izvestia.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.