Espionnage pour la Russie : un officier canadien plaide coupable

Delisle est en garde à vue depuis son arrestation en janvier 2012. Crédit : Reuters/Vostock Photo

Delisle est en garde à vue depuis son arrestation en janvier 2012. Crédit : Reuters/Vostock Photo

Jugé par un tribunal de Halifax, le sous-lieutenant du renseignement de la Marine canadienne Jeffrey Delisle a plaidé coupable d'avoir transmis des informations secrètes à un Etat étranger et d'abus de confiance. Comme l'annonce le Globe and Mail, il espionnait pour le compte de la Russie.

Selon les enquêteurs, le dernier poste de M. Delisle au centre de renseignement de la Marine de Trinity lui fournissait un accès à des informations top secrètes de l'armée canadienne et de ses alliés en matière d'échange de renseignements, telles que l'alliance Five Eyes, un réseau qui réunit le Canada, l'Australie, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande.

L'officier recherchait dans les bases le mot « Russie », téléchargeait des informations sur une clé USB et transmettait tous les 30 jours des informations à Moscou, selon les enquêteurs. Il s'agissait principalement d'informations militaires, ainsi que de données sur la criminalité organisée et de renseignements concernant certains hommes politiques et hauts représentants du ministère de la Défense.

Selon le Globe and Mail, il recevait 5.000 dollars chaque mois des agents de Moscou dans un premier temps. Quelques mois plus tard, cette somme est passée à 2.800 dollars, avant que son « salaire » ne soit porté à 3.000 dollars. Cependant, Delisle assure qu'il n'agissait pour de l'argent, mais pour des raisons idéologiques.

Delisle est en garde à vue depuis son arrestation en janvier 2012. Le jugement devrait être prononcé en janvier 2013. Son avocat estime qu'il risque une longue peine de prison, mais pas la condamnation à perpétuité.

Article original publié sur le site de Vedomosti le 11 octobre 2012. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.