Recrudescence de la violence dans les stades

Le président de l’Union des supporters de Russie : « La Russie organisera la Coupe du monde de football 2018 et personne ne veut que la fête soit gâchée par les excès des spectateurs ». Crédit : Alexeï Filippov/RIA Novosti

Le président de l’Union des supporters de Russie : « La Russie organisera la Coupe du monde de football 2018 et personne ne veut que la fête soit gâchée par les excès des spectateurs ». Crédit : Alexeï Filippov/RIA Novosti

Le dernier week end, la police a arrêté plus de 150 supporters. L’un d’entre eux risque une sanction pénale pour avoir frappé un policier à la jambe dans la station de métro « Sportivnaïa », juste après la rencontre entre le CSKA et le Spartak de Moscou. Alexandre Chpryguine, président de l’Union des supporters de Russie, a parlé de ces problèmes avec le journaliste Andreï Norkine.

Kommersant : À en croire les médias, ce problème ne cesse de s’aggraver. Presque chaque rencontre qui se déroule à Moscou et dans sa région se termine par des affrontements entre supporters et des arrestations. Est-ce vraiment le cas ? Êtes-vous d’accord avec ce constat ou avez-vous un autre jugement ?

 

Alexandre Chpryguine : Vous savez, je ne dirais pas que la situation s’aggrave ou s’améliore. Elle est à peu près identique depuis plusieurs années, ce que confirment les rapports de police. Lors de rencontres à haut risque telles que celles entre le Spartak et le CSKA, les émotions sont très fortes et ce genre d’incidents est presqu’inévitable. Les instances dirigeantes du football, et les autorités en général, se soucient évidemment de la situation dans les stades. Toutes les parties concernées mènent un travail en profondeur pour réduire au maximum les débordements durant les évènements footballistiques.

Comment ces préoccupations se traduisent-elles dans les faits ? Des mesures seront-elles prises au niveau législatif afin de règlementer le comportement des supporters dans les stades ?


A.C. : La Douma est en train d’étudier un projet de loi fédérale visant à amender différents actes législatifs pour assurer l'ordre public et la sécurité de la population lors d’évènements de masse. Il devrait en principe comprendre plusieurs dispositions, tout en définissant de manière plus concrète la responsabilité des organisateurs. Il prévoit également que des organisateurs ad hoc assurent la sécurité à la place de la police, ainsi que des interdictions de stade pour les multirécidivistes, par exemple. Lors de la préparation de ce projet de loi, certains ont même voulu introduire des mesures beaucoup plus sévères, à l’instar de la législation anglaise qui prévoit des sanctions pénales pour ce type de comportements.

Mais pour commencer, il a juste été décidé d’imposer des amendes administratives aux fauteurs de troubles, ainsi qu’une peine de 15 jours pour des faits plus graves perpétrés dans des stades. D’autres mesures devraient progressivement être prises. En effet, la Russie organisera la Coupe du monde de football 2018 et personne ne veut que la fête soit gâchée par les excès des spectateurs.


Pour plus de détails trouver l'article original sur le site de Kommersant.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.