Le rouble libéré par la Banque Centrale dès 2015

Actuellement, le principal repère de la politique de la Banque centrale de Russie en matière de taux de change est le panier bi-monétaire (0,45 € et  0,55 $). Sur la photo, le premier vice-président de la BCR Alexeï Oulioukaïev. Crédit : Itar-Tass

Actuellement, le principal repère de la politique de la Banque centrale de Russie en matière de taux de change est le panier bi-monétaire (0,45 € et 0,55 $). Sur la photo, le premier vice-président de la BCR Alexeï Oulioukaïev. Crédit : Itar-Tass

La Banque centrale de Russie (BCR) passera en 2015 au régime de ciblage de l'inflation et supprimera totalement le couloir de fluctuation du rouble, laissant la devise russe en libre flottement.

Comme l'a annoncé à l'agence Prime le premier vice-président de la BCR Alexeï Oulioukaïev, ceci est inclus dans le projet de directives de base de la politique monétaire et de crédit pour 2013-2015, que la Banque centrale a approuvé mercredi. « Nous disons précisément dans le document : nous passons au régime de ciblage de l'inflation en 2015. En ce qui concerne le taux flottant et l'abolition du corridor de fluctuation, je suppose que cela se fera de façon symétrique. Textuellement ce n'est pas écrit, mais à mon avis cela se produira aussi en 2015, avec l'annulation de la bande de fluctuation et la mise en place d'un taux de change flottant », a précisé M. Oulioukaïev.

Pendant de nombreuses années, la Banque centrale a mené une politique de ciblage du taux de change. Dès que le taux approchait de la limite fixée, la Banque centrale entrait sur le marché des changes et réalisait des interventions monétaires, en ramenant  la valeur de la monnaie dans le cadre prévu. Actuellement, le principal repère de la politique de la Banque centrale en matière de taux de change est le panier bi-monétaire (0,45 € et  0,55 $).

Le ministère des Finances estime que la population n'a rien à craindre de l'annulation du couloir de fluctuation, a confié au Service russe d'information le ministre adjoint des Finances Sergueï Stortchak. « Je pense que les partenaires commerciaux et les partenaires du G20 salueront cette démarche. Je suis convaincu que rien ne changera pour les citoyens ordinaires. Nous espérons que le taux de change du rouble, lâché en libre flottement, reflètera de manière accrue les dépenses des agents économiques qui vendent de marchandises à l'étranger, et qu'ils couvriront leurs coûts de production. En fin de compte, les pays développés ont depuis longtemps adopté une telle démarche, et il y a longtemps que la Russie n'est plus un marché en gestatio », a-t-il commenté.

M. Oulioukaïev a également précisé jeudi les prévisions en matière d'inflation annuelle : la BCR estime que l'inflation ne devrait pas s'accélérer d'ici la fin de l'année. « Nous pensons que l'inflation sera modérée jusqu'à la fin de l'année, ses niveaux finaux seront proches de ce que nous avons maintenant en glissement annuel (6,4%). Je pense que nous en serons proches à la fin de l'année », a indiqué M. Oulioukaïev. En 2013, la cible en matière d'inflation se situe à 5-6%, et pour 2014-2015 à 4-5%.

Selon le premier vice-président de la BCR, le régulateur ne modifie pas ses prévisions de fuite des capitaux pour 2012, qui se situent à 65 milliards de dollars. « Ce chiffre a été déterminé avant l'opération sur Sberbank. Nous ne modifierons pas nos prévisions, elles sont soumises à la Douma d'Etat, mais en principe un ajustement substantiel de 5 milliards de dollars est possible. 60-65 milliards de dollars, c'est une représentation raisonnable de son niveau », a confié le responsable. Pour 2013, la Banque centrale prévoit une sortie nette de capitaux de Russie de 10 milliards de dollars, une fuite des capitaux nulle en 2014, et un afflux de 15 milliards de dollars en 2015. Ceci constitue le scénario de base, qui coïncide avec les prévisions du ministère du Développement économique et est utilisé pour calculer le budget, poursuit M. Oulioukaïev.

La Banque centrale prévoit au terme de 2012 une réduction de l'excédent de la balance commerciale et du solde positif des opérations courantes, qui étaient en 2011 de 198,1 milliards de dollars et de 101,1 milliards de dollars respectivement. « L'excédent commercial pourrait atteindre en 2012 environ 190 milliards de dollars et le solde des opérations courantes environ 80 milliards de dollars », a déclaré le responsable.

Concernant la création d'un vaste régulateur unifié des marchés bancaires et financiers par l'intégration du Service fédéral des marchés financiers à la Banque centrale, le premier vice-président a déclaré que le processus aurait pu être achevé en 2013 si les consignes ad hoc avaient été données. « Nous sommes en attente d'une décision politique. Nous pensions que les lois seraient soumises au dernier trimestre de l'année en cours, et qu'à la fin du premier semestre de l'année 2013 on achèverait le travail juridique et que les fonctions du Service fédéral des marchés financiers seraient transférées à la Banque centrale. Il semblerait que les décideurs souhaitent une transition plus paisible et progressive, non pas à partir du 1er juillet 2013, mais à partir du 1er janvier 2014 », a déclaré M. Oulioukaïev, dont les propos sont transmis par RIA Novosti.

Article original publié sur le site de Vedomosti le 27 septembre 2012.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.