Le français Bel posera-t-il un pied à Moscou ?

Karat occupe la deuxième place du marché russe des fromages à pâte fondue avec 21% (le premier rang revenant au finlandais Valio) et sur celui de fromage blanc, détenant 14% (l’allemand Hochland étant le leader). Crédit : Itar-Tass

Karat occupe la deuxième place du marché russe des fromages à pâte fondue avec 21% (le premier rang revenant au finlandais Valio) et sur celui de fromage blanc, détenant 14% (l’allemand Hochland étant le leader). Crédit : Itar-Tass

L’usine moscovite Karat, producteur de fromages à pâte fondue Droujba (« Amitié ») et Iantar (« Ambre ») très populaires en Russie, pourrait prochainement changer de propriétaire, rapporte le quotidien russe RBC Daily.

Le repreneur potentiel est le groupe Bel qui avait déjà manifesté son intention d’acquérir les actifs de cette usine il y a dix ans sans parvenir alors à se mettre d’accord avec le propriétaire principal de Karat, Vladimir Korsoun. Et d’ajouter que depuis, M.Korsoun a entrepris plusieurs tentatives de vendre son entreprise endettée, notamment à l’administration de la capitale russe, essuyant à chaque fois un refus.

Selon deux acteurs du marché, interviewés par RBC Daily, M.Korsoun a repris les négociations avec Bel sur la vente de Karat, l’affaire négociée étant menée par la banque française Société générale.

Ces informations ont été confirmées par une source au sein de Karat, ainsi que par le groupe d’investissement Russian Funds, qui détient 22,46% de Karat via la société chypriote Oxwape Limited. « Outre Bel, il s’agit d’autres investisseurs », a précisé un représentant de Russian Funds, en ajoutant que les participants de l’affaire examinaient plusieurs options, notamment une émission d’actions supplémentaires ou la vente des parts de propriétaires de l’usine. « Nous déciderons si nous vendrons notre part en fonction des résultats de la transaction, à savoir l’option choisie et le nouveau propriétaire de l’usine », a précisé la source.

Cependant, M.Korsoun a démenti les affirmations sur la vente de Karat. RBC Daily n’a pas réussi à obtenir un commentaire du français.

D’après les rapports de Karat réalisés conformément aux normes comptables russes, le montant total de ses dettes à long terme et à court terme se chiffrait au 30 juin 2012 à près de 57 millions d’euros. En raison de l’endettement élevé, le prix des 100% des actions de l’entreprise est évalué par les experts à 12 millions d’euros.

La société Karat détient l’usine éponyme à Moscou, ainsi que l’entreprise Syzranmoloko dans la région de Samara et l’usine de production de fromage Kalininski dans le territoire de Krasnodar. Karat occupe la deuxième place du marché russe des fromages à pâte fondue avec 21% (le premier rang revenant au finlandais Valio) et sur celui de fromage blanc, détenant 14% (l’allemand Hochland étant le leader). Les recettes de la compagnie se sont chiffrées en 2011 à 68 millions d’euros, le bénéfice net s’élevant à 202 500 euros. 71,7% des actions appartiennent à Vladimir Korsoun et encore 22,46% sont détenues par le groupe Russian Funds.

Le groupe français Bel, fondé en 1865, est le troisième acteur mondial des fromages. La société fabrique des fromages et d’autres produits laitiers sous les marques La vache qui rit, Kiri, Leerdammer et autres. Les recettes de Bel se sont chiffrées en 2011 à 2,52 milliards d’euros. En Russie, le groupe français est représenté par son distributeur exclusif Argo. 

Texte original disponible sur le site RBC.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.