Regard vers l’est

Les ports maritimes russes ont également un rôle important à jouer dans l’expansion vers l'est du pays. Crédit photo : Vitali Raskalov

Les ports maritimes russes ont également un rôle important à jouer dans l’expansion vers l'est du pays. Crédit photo : Vitali Raskalov

Le premier sommet de l’APEC ayant eu lieu à Vladivostok a suggéré que la Russie a planifié 100 milliards de dollars d’expansion commerciale vers l’est basée sur l’énergie et l’agriculture.

« Il y a quelques mois, les gens disaient que le sommet serait un désastre, dit David Gray, le directeur manager de PriceWaterhouseCoopers, dans les derniers jours de l’événement. Ils disaient que nous vivions dans des tentes ; que le pont ne serait pas prêt et que nous prendrions le ferry pour l’île Russkii. Tout est oublié maintenant ».

Excepté quelques routes usées et le renvoi d’un officiel local, la reconstruction de Vladivostok pour le 24è sommet de l’APEC a été achevée à temps sans un accroc. Notons également que le sommet s’est révélé être une plateforme pour d’enrichissantes discussions sur les risques et opportunités du commerce libre ayant résulté en un nombre important de marchés conclus avec l’Extrême-Orient russe.

Parmi les nouveaux projet d’investissement, on compte la première ligne d’assemblement de Mazda hors du Japon (qui a été visitée par Vladimir Poutine juste avant le sommet), une usine Hyundai et un marché avec le japonais Noda pour construire une usine de gaz naturel liquéfié (GNL) en dehors de Vladivostok. Une usine similaire construite en conjonction avec les entreprises américaines et japonaises a ouvert près de l’île de Sakhalin en 2009 ; le projet a transformé Sakhaline d’une région déficitaire en l’une des quelques régions contributrices du budget fédéral.

« Hormis les coûts, le développement qu’ils ont fait ici à Vladivostok va permettre aux expatriés basés à Moscou comme moi de convaincre nos chefs à Londres, New York ou ailleurs des bénéfices d’investissements à long terme dans les régions russes. Maintenant ils l’ont vu de leurs propres yeux », explique Gray. Cela signifie que les effets positifs de la mise à niveau de 20 milliards de dollars pourraient rester inaperçues alors que d’autres régions connaissent un boom de l’investissement.

L’UE contre l’APEC

Le but principal du sommet, cependant, a été résumé par le Premier ministre Igor Chouvalov à l’une des sessions d’ouverture : « Toutes les infrastructures sont en place autour de Vladivostok maintenant, un nouvel aéroport, des routes, des voies ferrées, des aménagements éducatifs et médicaux. Dans les 10 ans, nous voulons que notre volume des échanges commerciaux avec  les pays de l’APEC soit plus grand qu’avec l’UE ».

Alors que l’Union Européenne compte pour environ la moitié du commerce extérieur de la Russie (environ 320 milliards de dollars), les échanges de l’APEC demeurent à moins de la moitié de ce chiffre (bien que cela ait augmenté jusqu’à 23%, selon les données douanières compilées par Bloomberg). Les dirigeants russes ont insisté sur le fait que cet acte de rééquilibrage ne serait pas fait aux dépens des relations avec l’Union Européenne, et toute une série de mesures incitatives de libre-échange avec les pays asiatiques ont été annoncées ces derniers mois, afin de faciliter la croissance rapide souhaitée.

« Pour nous, rejoindre l’OMC était un premier pas pour devenir membre de l’OCDE », a indiqué Chouvalov. « Nous sommes également engagés dans plusieurs projets d’intégration – L’Espace Economique Eurasien avec le Belarus et le Kazakhstan, les accords de libre-échange avec la Nouvelle-Zélande et le Vitenam. La Russie prend plus de risques en n’intégrant pas l’Asie, qu’en le faisant ».

Transport

Dans un rapport récent, PwC prédit que les exportations de la Russe vers les pays de l’APEC feront plus que doubler jusqu’à 206 milliards de dollars en 2021. L'une des sources les plus prometteuses de cette augmentation est aussi son plus grand obstacle. Le chemin de fer du transsibérien est sans doute le facteur le plus important dans la volonté de M. Poutine de faire de la Russie un important couloir d’échange entre l'Europe et l'Asie (avec la route maritime du Nord). Le transsibérien fonctionne déjà à pleine capacité et exige également des milliards de dollars d'investissement pour la modernisation de l’unique ligne ferroviaire et la construction d'installations logistiques le long du chemin.

Les ports maritimes russes ont également un rôle important à jouer dans l’expansion vers l'est du pays. « Le volume des échanges entre l'Europe et l'Asie dépasse 1 billion de dollars, et chaque pour cent de la cargaison qui est transportée via le territoire russe apportera à notre économie pas moins de 1 milliard de dollars », a indiqué Ziyavudin Magomedov, président du conseil du Groupe Summa, lors d'une réunion d'experts. Actuellement, moins de 1 pour cent de la cargaison est transportée via la Russie. Un plan fédéral récemment dévoilé prévoit une augmentation de la cargaison du trafic à tous les ports de la Russie par rapport au taux actuels de 540 millions de tonnes par an à 900 millions en 2020. Environ la moitié de cette augmentation doit venir des ports de l'Océan Pacifique.

}

La bureaucratie est cependant un autre obstacle aux projets de M. Poutine. Les biens qui passent par les ports russes peuvent rester presque deux semaines à la douane alors qu’ils ne demeurent en comparaison qu’un seul jour à Singapour. « Un retard d’un jour dans la livraison mène à une dépréciation d’un pour cent des exportations », a déclaré Tony Nowell, Président de la Nouvelle-Zélande Forest Research Ltd. Un chemin de fer concurrent, qui doit relier la côte orientale de la Chine à la frontière avec le Kazakhstan, apporte aussi le doute sur les ambitieux projets russes de modernisation des transports.

Agriculture

Une entreprise industrielle ayant des liens étroits avec le gouvernement, l’entreprise Summa appartenant à M. Magomedov semble vouloir s'imposer comme un acteur clé dans le développement de l'Extrême-Orient, ayant déjà investi dans une série de projets d'infrastructure dans la région. Le groupe négocie un accord pour acquérir une participation de 55,8% dans la Compagnie maritime d'Extrême-Orient, et il a signé un protocole d'accord lors du sommet de l'APEC avec la banque de développement de l'État russe, Vneshekonombank.

À l'heure actuelle, les huit plus grands pays de l'APEC par la population importent plus de 100 millions de tonnes de céréales par an (un marché de plus de 50 milliards en prix courants). C'est plus que la Russie ne produit actuellement. « Les pays de l'APEC représentent environ 37-38% de toutes les importations à travers le monde. Notre pourcentage pour cela est actuellement de zéro », a expliqué Viatcheslav Nikonov, membre du budget de la Douma russe et du comité de la fiscalité.

Aujourd’hui, la Russie n’a ni les routes, ni les chemins de fer ou les ports suffisants pour diriger les exportations de céréales vers l’Asie (les céréales quittent actuellement les ports des côtes européennes de la Russie, destinées au Moyen-Orient et ailleurs). Mais la promesse de Poutine d’augmenter la production de céréales de 80 millions de tonnes par an à plus de 120 millions de tonnes a été suffisante pour convaincre Magomedov du potentiel pour exporter des céréales en Asie.

« L’agriculture se développe dans l’Extrême-Orient. Les investissements affluent, et les étrangers travaillent déjà dans nos fermes. Vous devez avoir entendu parler du travail des nord Coréens en Sibérie et en Extrême-Orient », a dit Nikonov.

Ressources naturelles

PwC a prédit que l’Asie sera le second plus grand marché de gaz naturel en 2015, et le marché de 7 milliards de dollars avec Noda suggère que la Russie planifie de prendre le plein avantage de cela. Il est attendu que la plupart du gaz liquéfié venant de l’usine sera exportée au Japon, comme l’île-pays augmente les importations et ferme les réacteurs nucléaires en réaction au désastre de Fukushima. L’usine de GNL de Noda à Vladivostok doit atteindre son rendement maximal en 2017.

Des oléoducs reliant la Chine et récemment achevés, ainsi que des plans pour rallonger leur capacité, suggère que les ressources naturelles joueront un rôle critique dans l’augmentation des exportations de la Russie à l’APEC puisque il cherche à trouver d’autres débouchés que ses clients européens. Toutefois, le marchandage sur le prix du pétrole avec des responsables chinois a été jusqu'ici un obstacle.

}

Fabrication

Poutine et le nouveau ministre pur le développement de l’Extrême-Orient, Victor Ichaev ont placé beaucoup d’espoir dans « ré-industrialisation » de toute la Russie et, en particulier, l'Extrême-Orient. L'un des rares produits manufacturés exportables de la région demeure l'avion Sukhoï Superjet, qui est assemblé dans une usine de Komsomolsk-sur-Amour. Un accident lors d'un vol d'essai en Indonésie a tué les 45 personnes à bord et jeté quelques doutes sur les plans à long terme de la Russie pour prendre le 10% du marché mondial de l'aviation civile. Pourtant, Sukhoï a plus de 200 nationaux et internationaux engagés contractuels sur l'avion à réaction au cours des prochaines années.

Une autre étape vers la création d'un groupe automobile à grande échelle dans la région a été prise lors du sommet, lorsque Vladimir Poutine a assisté au lancement d'une ligne de production à l'usine Mazda à Vladivostok. « Au départ, 350 millions de dollars seront investis dans la joint-venture Mazda », a rapporté aux journalistes le directeur général de JSC Sollers Vadim Shvetsov. La capacité éventuelle de l'usine sera de 100 mille véhicules par an, avec Sollers qui cherche à tirer profit du modèle japonais dont on jouit déjà dans l’Extrême-Orient russe. Dans les 20 dernières années, une partie importante de l'économie de la région est à l'origine de la revente de voitures japonaises d'occasion. Une usine de moteurs a récemment ouvert une usine Hyundai à Vladivostok, c’est un signe que la localisation de la production automobile recherchée par Sollers devient une réalité.

Lors de mon dernier voyage en Extrême-Orient, les responsables comme les experts  sont restés sceptiques sur le fait que la région puisse produire des biens exportables moins chers ou de meilleure qualité que les pays voisins. Cependant, Sergueï Kryukov de la Banque russe de développement des petites et moyennes entreprises a déclaré : « Tous les problèmes entravant la concurrence des produits en cours de fabrication à partir de l'Extrême-Orient sont résolubles par des politiques appropriées ».

La grande question demeure dans quelle mesure la Russie sera en mesure d'augmenter les exportations vers l'Asie grâce à des produits à forte valeur ajoutée, contre une dépendance continue aux matières premières, y compris en Extrême-Orient. Dans les deux cas, « la future croissance économique rapide de la Russie repose sur deux jambes, l’Europe et l’Asie », a déclaré Igor Chouvalov. Le sommet de l'APEC de cette année était une reconnaissance de ce fait.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.