Diarra : de Madrid à Makhachkala

Directeur général d'Anji Aivaz Kaziakhmedov et Lassana Diarra. Crédit photo : Itar TASS

Directeur général d'Anji Aivaz Kaziakhmedov et Lassana Diarra. Crédit photo : Itar TASS

Quelques heures avant la clôture du marché des transferts en Europe, les clubs russes ont annoncé trois transferts importants. Le Zenith de Saint-Pétersbourg a déboursé 100 millions d’euros pour le brésilien Hulk et le belge Axel Witsel.Le français Lassana Diarra a été échangé par le Real Madrid pour le club du FC Anji de Makhatchkal. Le transfert du jeune Français de 27 ans a provoqué une réelle sensation dans la communauté footballistique. Ayant rejeté les propositions du Milan, l’ancien joueur de Chelsea, d’Arsenal et du Real Madrid part pour la première ligue russe.

Après la meilleure saison de sa carrière à Portsmouth, Lassana Diarra est parti en échange au Real pour 20 millions d’euros. L’été dernier, le club madrilène pensait recouvrer l’argent investi dans le Français et les propositions de moins de 20 millions ont été refusées. Il ne reste qu’un an jusqu’à l’expiration du contrat de Diarra avec le Real, qui a tenté jusqu’à la fin de se séparer de Diarra et a conclu l’affaire au dernier moment. Le FC Anji de Makhatchkal a finalement investi  5 millions d’euros dans le milieu de terrain de l’équipe de France.

« Nous avons dans le club des dépenses limitées, a indiqué le directeur de Makhatchkal Roberto Carlos. Cela permet de développer le football russe et les écoles de formation pour les enfants et les jeunes d’Anji. Nous avons payé une somme correspondant au niveau du joueur. Pour Lassana Diarra,  jouer pour le FC Anji lui permettra d’acquérir une grande expérience. Il va vite s’acclimater à la Russie et apporter de nouvelles victoires à notre club ».

Diarra est d’accord avec Roberto Carlos et considère son transfert comme un nouveau point de départ pour sa carrière.

« Je ne comprends pas les gens qui parlent d’un pas en arrière dans ma vie, après le transfert pour le FC Anji, a indiqué Diarra. Dans le club russe  on compte de véritables stars du football mondial, et l’équipe des noms comme, Anji a un projet très ambitieux et en faire partie est un grand honneur pour moi. Mon départ pour la Russie est uniquement lié au football. Gagner de l’argent est également possible dans les autres championnats ".

Malgré ce que nous avons dit plus haut, Lassana n’a presque pas perdu en salaire. Selon son contrat de trois ans avec le FC Anji, Diarra devrait toucher 3,5 millions d’euros à l’année. Une telle requête ne pouvait être payée à Milan, Galatasaraï, Fenerbatche, Tottenham au Spartak de Moscou.

« J’ai eu des propositions d’autres clubs, mais cela ne convenait pas au Real, continue Diarra. Je n’ai pas voulu tomber dans une équipe avec de grosses ambitions jouant dans les championnats européens. Je suis heureux que cela ait fonctionné. Avec une telle équipe nous devons nous battre pour la victoire en Ligue des Champions et en championnat national ».

Le club avait véritablement besoin d’un achat important. Et le transfert du milieu de terrain de l’équipe de France au FC Anji pour les qualificatifs de l’Euroligue paraît indispensable. C’est également une confirmation du sérieux des intérêts de Suleyman Kerimov - le propriétaire du club. On peut dire avec certitude que le développement du FC Anji se fait à plein régime.

« Diarra est un joueur qui travaille, et qui travaille bien, estime le demi de terrain de l’équipe nationale russe Aleksandre Mostovoï. Il peut passer de la défense à l’attaque, il possède les premières passes et abat un énorme travail sur le terrain. Quelqu’un rassemble les hommes à la sortie dans la première division, et quelqu’un comme Kerimov, achète une étoile. Diarra est un renfort important, il aidera à résoudre beaucoup de tâches du club ».

Le commentateur de Sky Sports, Gianluca Di Marzio, est également emballé par l’acquisition du club.

" Rafler un tel talent sous le nez du Milan ou Tottenham, est une chance, remarque Di Marzio. On sent que Roberto Carlos s’est occupé du transfert personnellement. Avec une telle équipe, le FC Anji peut réaliser beaucoup de choses. Le plus important est cependant que Diarra ne cesse de grandir et de travailler  comme pour chaque euro gagné. Sinon Hiddink relèguera rapidement le français sur le banc de touche».

Dans la situation actuelle, Diarra doit avant tout se battre pour sa place dans l’équipe de départ, et seulement ensuite penser aux coupes européennes. Dans ses précédents clubs Lassana Diarra n’est jamais allé jusqu’au terme de son contrat. Est-ce que ce sera encore le cas en Russie ?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.