Les Ossètes de Syrie veulent retrouver leur terre ancestrale

La majorité des Ossètes présents sur le sol syrien a perdu leur travail et ne gagne plus d’argent en raison de la situation critique du pays. Crédit photo : Reuters/Vostock Photo

La majorité des Ossètes présents sur le sol syrien a perdu leur travail et ne gagne plus d’argent en raison de la situation critique du pays. Crédit photo : Reuters/Vostock Photo

La communauté ossète installée en Syrie s'est adressée au gouvernement de Russie et d'Ossétie du Nord : des descendants de réfugiés qui avaient quitté la Russie il y a 50 ans voudraient quitter le pays en guerre.

Depuis plus d’un an, les protestations contre le gouvernement en place en Syrie sont nombreuses et se transforment en véritables affrontements armés. « Nous sommes des victimes potentielles de cette guerre civile. Chaque jour, nos proches et nos familles sont en danger. Nous nous adressons au seul gouvernement qui peut nous venir en aide et nous sauver : la Fédération de Russie. En effet, la Russie est la véritable patrie de nos ancêtres qui ont été contraints de fuir la République de Ossétie du Nord, l'une des républiques russes du Nord Caucase. Nous demandons à la Russie de considérer les Ossètes installés en Syrie comme leurs concitoyens. Ceux-ci souhaiteraient revenir s'installer en Russie, sur la terre de leurs ancêtres, afin de vivre en paix aux côtés des autres peuples de Russie. »

À cette lettre s’ajoutent les noms de 22 familles qui souhaiteraient quitter rapidement la Syrie pour s'installer définitivement en Russie.

« Aujourd'hui, près de 700 Ossètes habitent en Syrie. Bien-sûr, tous ne veulent pas quitter le pays. Nombreux sont ceux qui se sont mariés, qui tiennent un commerce qu'ils espèrent voir prospérer après la guerre, explique Khicham Albegov, chef de l'amicale ossète de Syrie et auteur de la requête. Cependant, environ 150 à 200 citoyens aimeraient pouvoir rentrer en Russie. Certains d'entre eux ont même la nationalité russe. Des membres de cette liste demandent à d’être évacués rapidement. Ayant perdu leur famille ou leur foyer, ces gens souffrent encore plus de cet état de guerre. »

Après avoir reçu la lettre, les représentants de l'Ossétie du Nord se sont mis d'accord avec les pouvoirs fédéraux pour que des visas soient délivrés rapidement à tous les Ossètes installés en Syrie qui s’adressaient au consulat russe de Damas. De plus, d'après Albegov, les fonctionnaires ossètes sont prêts à venir en aide à leurs concitoyens d'un point de vue financier. En effet, la majorité des Ossètes présents sur le sol syrien a perdu leur travail et ne gagne plus d’argent en raison de la situation critique du pays ; nombreux sont ceux qui n’ont pas les moyens de prendre en charge le coût du billet d'avion pour rejoindre Vladikavkaz.

D'après Khicham Albegov, les Ossètes auraient pu quitter la Syrie aux côtés des citoyens de la Fédération de Russie lorsque l’évacuation de ces derniers a été mise en place.  Pourtant, cela n’a pas été le cas et les Ossètes n’ont pas pu se retirer d’un pays au climat dangereux. Pourtant, en fin de semaine dernière,  le gouvernement russe a officiellement ajouté la Syrie à la liste des États « en état d’urgence ou impliqués dans un conflit armé ».

« Ce document n'implique pas une évacuation rapide des citoyens russes », a commenté Artem Saveliev, attaché de presse de l’Ambassade de Russie à Damas.

Parallèlement, a-t-il ajouté, la Syrie qui faisait partie de la liste des pays aux conditions politiques et sociales difficiles figure désormais dans la liste des pays réellement dangereux. Ce changement montre bien que les dirigeants russes se sentent concernés par l'avenir des citoyens implantés en Syrie.

Texte original disponible sur le site d’Izvestia.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.