Les musées russes à portée de clic

Les musées russes sont en plein boom numérique. En février, l’Ermitage se dotait d’une application gratuite pour iPhone. Crédit photo : Lori / Legion Media

Les musées russes sont en plein boom numérique. En février, l’Ermitage se dotait d’une application gratuite pour iPhone. Crédit photo : Lori / Legion Media

La nouvelle version du Google Art Project nous ouvre dorénavant les portes de cinq musées russes. Le grand art est désormais accessible à chacun de n’importe quel point de la planète, sans avoir à sortir de chez soi.

En avril dernier, à Moscou, a eu lieu la présentation de la dernière version du Google Art Project. La Russie peut s’enorgueillir d’avoir été l’une des premières à rejoindre le projet, parmi les 155 musées présentés aujourd’hui. La liste des institutions culturelles qui ont répondu présent a de quoi impressionner : la Tate Gallery de Londres, Versailles, le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, la Galerie des Offices de Florence, le Metropolitan, le Musée d’Art Islamique de Doha, les musées de Chine et de Hong-Kong, et même la résidence du président des États-Unis ont ouvert leur portes. Google Art est accessible en plusieurs langues, y compris le français, depuis les mobiles et les tablettes avec Androïd, la version pour iPad étant encore en construction. Au départ, pour la Russie, seuls la Galerie Tretiakov et l’Ermitage étaient disponibles sur la plateforme, mais en avril, ils ont été rejoints par le musée des beaux-arts Pouchkine, le musée Russe et le musée Nikolas Roerich.

Quels sont donc les prochains musées sur la liste ? « Nous sommes ouverts à toutes les institutions intéressées à rejoindre notre projet. Sur le site, vous trouverez un formulaire à remplir, il est destiné à tous les musées, y compris russes », affirme le service de presse de Google en Russie.

Admirer des œuvres sur internet n’est pas vraiment une nouveauté. Beaucoup de musées ont des sites contenant des galeries photos de leurs collections. Ce qui est intéressant avec le projet Google Art, en plus de réunir tous les musées sur un même site, c’est le côté interactif et les différentes formes de recherche proposées.

Tout d’abord, grâce à une caméra spéciale (la même que celle utilisée pour filmer les rues pour Google Street View), certaines parties des musées sont montrées en version panoramique. L’internaute ne se limite pas aux simples reproductions, mais peut contempler l’œuvre dans le contexte de l’espace muséal et apprécier le travail de la mise en espace des œuvres  Bien sûr, on ne peut pas atteindre un effet 100% réaliste, mais c’est tout de même plus sophistiqué qu’une image au format JPG sur fond noir.

D’autre part, certaines peintures ont été reproduites en très haute définition (7 milliards de pixels par image). En l’occurrence, deux œuvres des musées russes seront présentés dans ce format : Le retour du bucentaure au môle le jour de l’Ascension de Canaletto du musée Pouchkine et Le dernier jour de Pompéi de Brioullov de la collection du Musée russe. Armez vous d’un grand écran et d’une bonne dose de patience, pour que l’image se charge, et vous pourrez vous plongez dans l’étude des plus fins détails.

Enfin, et c’est ce qui fait la différence, vous aurez la possibilité de créer un espace personnel, sélectionner vos musées favoris, composer votre propre galerie et y exposer vos œuvres préférées. En toute logique, on s’attend à pouvoir bientôt partager les tableaux par le biais de réseaux sociaux et se trouver des amis selon ses intérêts, comme on le fait déjà avec la musique ou les œuvres littéraires. Pour l’instant toutefois, la plateforme reste limitée en puissance, le site fonctionne de manière aléatoire, et il n’est pas toujours possible de naviguer sans embûche de tableaux en musées. Mais Google promet de venir à bout de ce « bug » très prochainement.

« Nous ne voulons pas faire concurrence aux musées. Mais tout le monde n’a pas la possibilité de les visiter ! Notre projet sera sûrement utile aux étudiants et aux personnes à mobilité réduite », assurait Google lors de la présentation.

Les musées russes sont en plein boom numérique. En février, l’Ermitage se dotait d’une application gratuite pour iPhone : Hermitage museum, avec une version en anglais. Il est possible d’y effectuer des visites, d’acheter des tickets électroniques et de recevoir les dernières nouvelles du musée. Et ce, bientôt en davantage de langues.

Trouvez sur la page 2 : Panorama des musées russes figurant sur la liste de Google Art Project

}

Panorama des musées russes


La Galerie d'État Tretiakov possède une collection unique d'œuvres d'art russes, qui comprend plus de mille ans de création artistique. La galerie a été fondée à Moscou par le marchand et mécène russe Pavel Tretiakov en 1856. Aujourd'hui, la galerie contient plus de 160 000 œuvres d'artistes russe, allant des premières peintures religieuses jusqu'aux œuvres d'art moderne. Elle est particulièrement réputée pour sa galerie de peintures et d'icônes russes.

Vous pouvez visiter la Galerie d'État Tretiakov tous les jours de 10h00 à 19h30 sauf le lundi. Prix du billet adulte 450 roubles (11 €).

10 Lavrouchinski pereoulok, Moscou (station de métro Tretiakovskaïa)

La collection de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg compte plus de trois millions de peintures, œuvres graphiques, sculptures, œuvres d'artisanat, découvertes archéologiques et numismatiques et autres objets d’importance nationale. Le musée a été fondé par Catherine la Grande et se situe situé dans le Palais d'Hiver, qui était une résidence officielle des souverains russes. La collection principale du musée est deux fois plus attrayante. Le complexe de l'exposition régulière comprend non seulement ce bâtiment, mais aussi cinq autres situés dans le centre historique de la ville.

Vous pouvez visiter l'Ermitage tous les jours de 10h30 à 18h00 (dimanche et jours fériés jusqu'à 17h00), sauf le lundi. Le prix du billet adulte est de 400 roubles (10 €).

2, Place Dvortsovaïa (Place du Palais), Saint-Pétersbourg (Station de métro Admiralteïskaïa)

Le Musée Russeréunit un grand nombre de trésors artistiques, un célèbre centre de restauration, et un institut faisant autorité dans le domaine de la recherche universitaire, qui contient 400 000 pièces. C'est aussi le premier musée d'État des beaux-arts du pays. Il a été fondé en 1895 par l'empereur Nicolas II et est situé dans le palais Mikhaïlovski, résidence d'un grand-duc russe.

Le musée est ouvert tous les jours de 10h00 à 17h00 (lundi et veille de vacances de 10h00 à 16h00) sauf le mardi. Prix du billet adulte 350 roubles (9 €)

4 Ingenernaïa Oulitsa, Saint-Pétersbourg (Station de métro Gostini dvor)

Le Musée d'État des Beaux-ArtsPouchkine se situe e la rue Volkhonka à Moscou. L'ensemble comprend le bâtiment principal, le bâtiment de l'art européen et américain des XIXe et XXe siècles, et le bâtiment des collections privées situé des deux côtés opposés de la rue. La création du musée a été lancée en 1893 par le très respecté professeur Ivan Tsvetaïev, père de la célèbre poétesse russe Marina Tsvetaieva. Le musée compte de nombreuses copies de monuments culturels anciens, d'artefacts égyptiens, de sculptures antiques et même de monuments architecturaux. Il possède également une importante collection d'œuvres originales impressionnistes et postimpressionnistes (Claude Monet, Edgar Degas, Vincent van Gogh, Pablo Picasso).

Vous pouvez visiter le Musée Pouchkine tous les jours de 10h00 à 19h00 (mardi jusqu'à 21h) sauf le lundi. Prix du billet pour les visiteurs étrangers 400 roubles (10 €) pour les adultes et 200 roubles (5 €) pour les enfants, les étudiants et les retraités.

12, rue Volkhonka, Moscou (Station de métro Kropotkinskaïa)

LeMusée Nicholas Roerich est situé en plein cœur de Moscou, sur le territoire de l'ancienne résidence Lopoukhine. La particularité de la collection d'art du Musée est le vaste éventail de croquis de l'Himalaya peints par Nicholas Roerich. Ce sont ces esquisses qui constituent la base des expositions itinérantes présentées en Russie, dans les pays de la CEI, et dans d'autres pays. Ici, vous pourrez également trouver diverses reliques, des cadeaux des directeurs spirituels de Roerichs, des manuscrits et raretés artistiques, des livres et des monographies de la Librairie-mémorial Roerich ainsi que des effets personnels et les objets qui l'accompagnaient lors de ses longues pérégrinations, des documents photographiques et une collection de bronzes antiques de la vallée indienne de Kulu. Le Musée Nicholas Roerich est le seul en Russie qui organise des expositions itinérantes dans les coins les plus reculés du pays, ne se limitant pas aux grandes villes et aux centres culturels. Cela permet à des millions de visiteurs d'entrer en contact avec des toiles les Roerich.

Vous pouvez visiter le Musée Nicholas Roerich tous les jours de 11h00 à 19h sauf le lundi. Prix du billet 220 roubles (5,50 €).

3\5 Maly Znamenski pereoulok, Moscou (Station de métro Kropotkinskaïa).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.