Moscou veut devenir une zone sans visa

Le visa d’entrée freine très fortement la croissance du tourisme. Crédit photo : Getty Images / Fotobank

Le visa d’entrée freine très fortement la croissance du tourisme. Crédit photo : Getty Images / Fotobank

Les autorités examinent le projet de mettre en place un régime sans visa à Moscou. Les auteurs de cette initiative affirment que la prise d’une telle mesure permettrait d’augmenter de 120 milliards de roubles (3 milliards d’euros) le budget de la ville. Sa mise en œuvre semble favorable à l’augmentation du tourisme dans la capitale, notent les experts. Cependant il est peu probable que les services spécialisés soient favorables à une suppression des visas.

Le directeur du département des relations économiques extérieurs et des relations internationales de la capitale, Sergueï Tcheremine, a déclaré que les citoyens des autres pays pourront séjourner sans visa dans la capitale pendant trois jours. Selon lui, celle initiative est discutée au gouvernement. Grâce à cette mesure, le budget de la ville pourrait augmenter de 120 milliards de roubles (3 milliards d’euros), estime-t-il.

De l’avis de Vadime Zelenski, représentant de l’Association des agences de tourisme d’affaire, cette mesure est positive.

« Le visa d’entrée freine très fortement la croissance du tourisme. Si cette question est étudiée avec les points de vue législatifs et juridiques, alors c’est une très bonne idée, c’est sera une excellente évolution des relations publiques, ce que beaucoup savent, et si Moscou en profite à pleine mesure, cela peut faire une grande campagne publicitaire pour Moscou comme lieu accueillant toutes sortes de touristes. Évidemment, les touristes viennent avec leurs argents, le dépensent, ce qui signifie que la ville va percevoir des revenus sous forme de taxes », affirme Zelenski.


Le politologue Dimitri Orechkine estime que la mise en place de cette idée va être pour le moins compliquée.


« Tout cela est très important comme signe que le pouvoir comprend que le régime des visas gène la croissance économique. Moscou a fait la moitié du chemin, mais je pense qu’elle ne sera pas autorisée à aller jusqu’au bout. Le Ministère des Affaires étrangères, qui aime tout contrôler, ne le permettra pas. Le FSB, qui aime encore plus tout contrôler, ne le permettra pas non plus. Cela doit changer, bien sûr, si nous voulons la croissance des affaires. Si nous voulons conserver ses particularités historiques, qui craignent terriblement l’influence étrangère, alors, bien sûr, nous devons construire un rideau de fer, ce que nos services spéciaux continuent à faire par habitude », a déclaré Orechkine.


Au Ministère des Affaires étrangères, on a déjà déclaré que la mise en place d’un régime sans visa à Moscou peut avoir une influence négative sur les négociations avec les autres pays sur la mise en place d’un régime sans visa pour la Russie.

Trouvez le texte eoriginal sur le site kommersant.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.