L’administration du président russe se dote d’un département informatique

Les citoyens de la Fédération de Russie devront avoir accès aux sources d’informations des organes du pouvoir sur Internet avant le 15 juillet 2013. Crédit photo : Kommersant

Les citoyens de la Fédération de Russie devront avoir accès aux sources d’informations des organes du pouvoir sur Internet avant le 15 juillet 2013. Crédit photo : Kommersant

Le président Vladimir Poutine a créé un nouveau département pour l’application des technologies de l’information et le développement de la démocratie électronique. Cet organisme sera dirigé par Igor Chtchegolev, conseiller du président et ancien ministre des Télécommunications.

Vladimir Poutine a annoncé la création d’un nouveau département présidentiel, le quatrième au total, chargé des technologies de l’information et du développement de la démocratie électronique. Le décret ne dit pas qui dirigera ou supervisera ce département, et son statut n’a pas encore été approuvé. Ces points devraient être réglés durant le mois de juillet. Lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg qui s’est déroulé fin juin, Poutine avait promis « de moderniser les mécanismes de notre société, notamment en utilisant les technologies actuelles du crowdsourcing » (externalisation ouverte utilisation de la créativité, de l'intelligence et du savoir-faire d'un grand nombre de personnes en sous-traitance pour réaliser certaines tâches traditionnellement effectuées par un employé ou un entrepreneur, ndlr).

La nouvelle administration fonctionnera également selon le système de « gouvernement ouvert » (conseil d’experts répondant au premier-ministre et à une commission gouvernementale), qui est actuellement au stade de la formation. Poutine avait chargé le gouvernement de créer dans le pays des mécanismes de démocratie électronique dans un de ses premiers décrets du 7 mai « sur les nouvelles directions à prendre pour moderniser le système d’administration publique ».

Ce décret comprend environ 30 missions relatives à la création d’un système de démocratie électronique. Le gouvernement aura ainsi jusqu’au 1er septembre 2012 pour mettre en place des sites Internet sur lesquels les organes fédéraux devront mener des consultations publiques auprès des citoyens à propos de projets de loi en préparation, avant d’en publier les résultats. Le gouvernement devra ensuite finaliser le concept d’initiative citoyenne, qui permettra aux Russes de présenter leurs propositions pour modifier les lois. Avant d’être examinées, ces propositions devront obtenir le soutien d’au moins 100 mille personnes.

Selon le décret, les citoyens de la Fédération de Russie devront avoir accès aux sources d’informations des organes du pouvoir sur Internet avant le 15 juillet 2013. Le gouvernement doit également mettre au point une loi sur les critères et modalités d’évaluation, par la population, du travail des autorités à tous les niveaux.

Vendredi, le ministre des Relations avec la société civile Mikhaïl Abyzov a voulu savoir si les citoyens russes étaient prêts à participer à la démocratie sur Internet et au système de « gouvernement ouvert ». Une enquête d’opinion concernant la démocratie sur Internet a été menée lors d’une rencontre avec 500 directeurs régionaux de la grande banque russe Sberbank, durant laquelle le ministre a expliqué comment tous les citoyens pourront améliorer la qualité de la gestion du pays grâce au système de « gouvernement ouvert ». 65% des cadres de Sberbank interrogés voient le « gouvernement ouvert » d’un bon œil, même si 53% d’entre eux ne comprennent pas encore très bien son fonctionnement. D’après les conclusions de la rencontre, 83% des décideurs de Sberbank souhaiteraient participer au système de démocratie électronique.

Lundi, le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a affirmé que le nouveau département sera dirigé par Igor Chtchegolev, ancien ministre des Télécommunications et des communications de masse. Il était le dernier des anciens ministres ou conseillers présidentiels à n’occuper aucune responsabilité au sein de l’administration présidentielle. Après la création de ce nouveau département, tous les conseillers du président auront reçu la direction d’une entité. Il existe désormais 18 sections de ce type, dont l’importance structurelle et le nombre d’employés varient fortement (de 150 fonctionnaires dans l’administration de la politique intérieure du président à 15 personnes au département chargé des sciences et de l’éducation).

Cet article est composé d’extraits d’un article en russe disponible sur le site du journal Kommersant

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.